CGPME RHONE

CCI Rhône-Alpes : Jean-Paul Mauduy retrouve son fauteuil

Dominique Largeron

Après sa défaite à la CCI de Lyon, le Medef a réussi à conserver un poste important au sein des organismes économiques de la région. Se déroulant à huis clos, l'élection à la Chambre de Commerce et d'Industrie régionale Rhône-Alpes (l'ex-CRCI) a vu la réélection du président sortant, Jean-Paul Mauduy. A une large majorité : 58 voix contre 39 à son challenger issu de la CGPME, André Mounier. Sitôt réélu, le nouveau président a lancé un appel au rassemblement et établi la feuille de route de la nouvelle assemblée.

CCI Rhône-Alpes : Jean-Paul Mauduy retrouve son fauteuil

Il n'y a aura pas eu de (grande) surprise et de dynamique née de l'élection d'un président issu de la CGMPE à la CCI de Lyon. Jean-Paul Mauduy, 71 ans, président sortant, a été réélu à la majorité des cent électeurs qui ont participé vendredi 21 janvier à l'élection à la CCI de Rhône-Alpes.

Il a bénéficié de 58 voix, contre 39 pour André Mounier, 63 ans, président de la CCI de Saint-Etienne, qui se présentait au titre de la CGPME. Trois bulletins blancs ont également été comptabilisés. Sur le papier, Jean-Paul Mauduy bénéficiait de 14 voix d'avance. La CGPME n'aura réussi à n'entamer qu'en partie ce capital.

Comme les autres présidents de Chambres, André Mounier a été élu vice-président de la Chambré régionale, le 1er vice-président étant Jean Vaylet, président de la CCI de Grenoble, issu des rangs du Medef (*).

Sitôt élu, Jean-Paul Mauduy a voulu lancer un appel au rassemblement, après ce qui constituait, en quelque sorte, le deuxième tour des élections aux CCI.

ll a ainsi déclaré sa volonté « d'amener chacun d'entre nous, qu'il soit du nord ou du sud de Rhône-Alpes, que sa Chambre soit petite ou grande, à constater qu'il est plus fort quand il s'unit avec les autres, sera la plus belle victoire de cette assemblée. »

Réélu pour un deuxième mandat, Jean-Paul Mauduy a rappelé l'enjeu de ce scrutin : celui de la réforme des CCI qui a notamment donné un poids beaucoup plus important aux CCI régionales : « Très peu de choses vont changer, mais le peu qui changera, changera profondément. Nous devons en être conscients pour faire de cette série d'astreintes autant d'opportunités. »

Ce qui ne changera pas ? « Les membres des CCI territoriales seront maîtres chez eux. Quand une CCI décidera ce qu'elle souhaite, elle sera souveraine. Quand une CCI décidera d'embaucher, elle embauchera... »

Mais de pointer aussitôt du doigt, les contraintes budgétaires qui seront fortes : « Nous sommes sous contrainte, mais profitons-en pour revoir nos processus, nos décisions : c'est cela la régionalisation et pas autre chose ! »

Le nouveau président de préciser : « Les moyens qui vont nous manquer, les 15 % de recettes fiscales sur trois ans qui nous feront défaut (une des retombées de la réforme des CCI, NDLR), nous les trouverons en utilisant les deux vecteurs que nous permet la loi : les mutualisations régionales sur les fonctions administratives et les rationalisations que permettront nos documents d'orientation que seront les schémas et la stratégie régionale. » Et de lancer : « La régionalisation ce sera aussi, et ce n'est pas anodin, se donner les moyens de parler d'une seule voix sur les dossiers qui nous préoccupent. »

Quelle sera la feuille de route du nouveau président ? « Je ne ferai pas de la CCI régionale une machine à broyer les initiatives, mais simplement dans le respect des textes et sous l'œil de nos tuteurs, un établissement public efficace et respecté, utile à tous ! »

Avec une CCI régionale « petite ramassée, économe », il entend « laisser aux Chambres le nécessaire pour le fonctionnement quotidien : en procédant ainsi, ce sera autant de moyens dégagés pour agir auprès de nos ressortissants... »

En clair : avec 15 % de budget en moins en trois ans, les CCI vont devoir se concentrer sur l'essentiel de leurs missions et se délester de la gestion administrative des personnels, au profit de la CCI régionale.

(*) Le bureau : Jean Vaylet, 1er vice-président : Jean-Marc Bailly, René Chevalier, Noël Comte, Jean-Bernard Devernois, Philippe Grillot, Guy Metral, André Mounier, Daniel Paraire, Jean-Paul Poulet, Joël Roques et Louis Damarin (vice-présidents) ; Pierre Rampas, trésorier, Philippe Nouvian et Philippe Guerand, secrétaires.



Photo : Jean-Paul Mauduy, réélu à la tête de la CCI Rhône-Alpes.

Publiée le 24 janv. 2011 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 24 janv. 2011
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Chambres de commerce, des métiers
CGPME RHONE
MEDEF RHONE ALPES
News


HAUT