Espaces thématiques+
Bourse & Finance

Dédié aux experts et professionnels de la Bourse, de la Finance, en région Rhône-Alpes. Cet...

Lyon Digital & Numérique

Bienvenue dans l'espace Lyon Digital & Numérique "Business numérique", "marketing digital"...

Lyon English Business

Welcome to the English corner of Lyon-Entreprises.com This space includes all the English pages...

Voir tous les espaces

ROBOPOLIS

Du 23 au 25 mars : le salon Innorobo servira-t-il de catalyseur à une industrie de la robotique en Rhône-Alpes ?

Dominique Largeron

Le tout premier salon européen consacré à la robotique n'aura pas lieu à Londres, Berlin ou Paris, mais à Lyon. Du 23 au 25 mars 2011 à la Cité internationale et en présence d'une importante délégation coréenne. Un choix voulu par Bruno Bonnell, ex-président de la société de jeux vidéo Infogrames et qui a depuis créé Robopolis, une société spécialisée dans ce domaine en devenir. Selon lui, la région Rhône-Alpes rassemble toutes les compétences et tous les domaines de la recherche pour susciter une véritable industrie de la robotique. Il espère que ce salon professionnel « Innorobo » qui devrait drainer de 5 à 7 000 visiteurs servira d'élément déclencheur.

Du 23 au 25 mars : le salon Innorobo servira-t-il de catalyseur à une industrie de la robotique en Rhône-Alpes ?

Tokyo, Séoul, Boston et San Diego : sur la carte mondiale des grands centres de robotique figurent l'Asie et les USA. L'Europe n'apparaît qu'en pointillé et Lyon, pas du tout.

Et pourtant, selon Bruno Bonnell, ex-patron star d'Infogrames, devenu depuis créateur de la société Robopolis et président du principal syndicat français réunissant des entreprises de la robotique (Syrobo qui rassemble trente entreprises spécialisées), la robotique constitue un des principaux secteur d'avenir. « Le secteur pesait 25 milliards de dollars en 2009. Il représentera 190 milliards en 2018 ! 8,7 millions de robots de services ont été vendus en 2009 à travers le monde », s'enthousiasme-t-il. A côté du marché des robots industriels utilisés sur les chaînes de fabrication des usines (100 000 vendus chaque année), les robots de service vont faire la croissance du secteur.

Il s'agit de robots-aspirateur dont la société de Bruno Bonnell est le leader français, mais aussi de robots tondeuses, de robots nettoyeurs d'air, de robots de surveillance, de robots éducatifs, voire de robots d'accompagnement des personnes âgées leur permettant de rester à domicile, etc. A ce jour, 11,5 millions de robots de service sont utilisés dans le monde. Ce n'est plus de la science fiction, c'est devenu une réalité : ce marché est en train d'exploser.

Une réalité très présente en Asie et notamment au Japon et en Corée où la robotique figure parmi les priorités des gouvernements, mais pas en Europe.

C'est pour pallier cette absence de visibilité de la robotique en Europe qu'en tant que président du syndicat Syrobo, Bruno Bonnell a décidé d'organiser à Lyon du 23 au 25 mars à Lyon, une manifestation de dimension européenne : Innorobo « Innovation Robotics Summit ». Un salon qu'il a tenu à organiser à Lyon : « Ce ne fut pas facile reconnaît-il car les deux tiers des sociétés robotiques françaises sont situées à Paris ». Un « Sommet robotique » dont les trois prochaines éditions sont assurées de se dérouler dans la capitale des Gaules. Ensuite, tout dépendra de la manière dont la greffe prendra.

Pour l'heure, les choses se présentent bien. Suite à un accord avec l'équivalent du syndicat professionnel, le salon qui bénéficie d'un budget de 500 000 euros, est assuré de connaître une importante délégation coréenne : 50 entreprises robotiques seront présentes dont une quinzaine exposeront.

« Nous aurons une centaine de robots en démonstration dont plus d'une vingtaine en exclusivité européenne », se félicite Bruno Bonnell qui espère de 5 000 à 7 000 visiteurs professionnels pour une bonne centaine d'exposants qui seront réunis au Palais des congrès de la Cité internationale.

Innorobo sera marqué par trois cycles de conférences : Robolift (les perspectives du marché de la robotique), EMM (les Rencontres de la mécatronique, mariage de la mécanique et de l'électronique) et Robot Market Focus (un point sur le marché avec les meilleurs spécialistes mondiaux du moment). Il constituera également une plateforme de rencontres pour les industriels, les chercheurs, les institutionnels et les financiers. Le but est de faire se rencontrer patrons de start-up robotiques et investisseurs.

Pour Bruno Bonnel, « La robotique de service est encore jeune en France : elle ne représente que 60 laboratoires de recherche, une trentaine d'entreprises et 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, mais elle a tout pour se développer dans notre pays. »

Et, pour lui, dans ce cadre, « la région Rhône-Alpes  bénéficie de« sérieux atouts car elle capitalise toutes les compétences pour assurer le décollage d'une véritable industrie de la robotique : nous avons des centres de recherche de pointe dans l'intelligence artificielle, les logiciels, la mécanique, les nanotechnologies à Grenoble, un centre important de design à Saint-Etienne, la plasturgie dans l'Ain, un vaste tapis de sous-traitants possibles... »

Reste à savoir si ce premier salon européen servira de catalyseur à la naissance d'une telle industrie. C'est l'un des enjeux et non des moindres de ce nouveau salon.

Photo : Un robot de démonstration présenté par la société lyonnaise POB, en présence de son créateur, Pierre Seguin, et de Bruno Bonnell (à droite).

Publiée le 08 févr. 2011 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 14 févr. 2011
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Agenda de la rédaction : salon, expo professionnelle, biennale
ROBOPOLIS
News
Robotique, automation
Innovation, R&D
Actus Lyon


HAUT