Dernières infos

Grand Stade : 2 000 emplois

Sept ans de procédures, 2 000 emplois créés pendant les travaux, ensuite : tels sont quelques-un des chiffres avancés lors de la première pierre du futur stade de l'OL de 58 000 places à Décines qui devrait drainer de 370 000 à 470 000 spectateurs par an.

Grand Stade : 2 000 emplois

La pose de la première pierre du futur Stade des Lumières par Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais et Gérard Collomb, président du Grand Lyon a d'abord été un grand exercice d'autosatisfaction après les difficultés rencontrées, mais surmontées.

 Au-delà, la cérémonie a permis de donner l'ampleur du chantier qui s'annonce et de ses retombées économiques à venir.

 « Il y a longtemps que nous attendons ce moment là », s'enthousiasme d'emblée Gérard Collomb le plus grand supporter du Grand Stade, après Jean-Michel Aulas.

 « Cela fait sept ans que nous travaillons pour être là aujourd’hui. Sept ans de procédures administratives, Sept ans de batailles juridiques aussi (il a fallu traiter soixante-et-onze requêtes !) », lance-t-il.

 Et d'ajouter : « En investissant ici près de 600 M€ au total, 400 M€ pour le privé et 200 M€ pour les collectivités et l’État, nous soutenons l’activité de nos entreprises et nous créons de l’emploi. Deux mille personnes travailleront sur le chantier du stade et de ses équipements connexes. »

Et demain ? Pour le maire de Lyon, « les retombées économiques liées à l’attractivité du stade et de ses activités connexes bénéficieront à toute l’agglomération. On estime entre 370 000 et 470 000 le nombre de visiteurs par an, ce qui génèrera de 37 à 47 M€ de dépenses qui profiteront à l'ensemble de nos activités commerciales et touristiques. »

 « Comment ne pas s’en réjouir ? », ajoute-t-il, avant d'assurer en guise de conclusion : «  Ce sera un stade de rêve. »

Publiée le 13 nov. 2013 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Sport, équipement sportif

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT