Dernières infos

Projet bien avancé de centrale solaire sur la plateforme chimique de Roussillon

Le dossier est en cours d'instruction, il attend le feu vert de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) : c'est la « Compagnie du vent » qui en est à l'origine. Elle devrait se déployer sur une trentaine d'hectares pour produire une dizaine de mégawatts.

Projet bien avancé de centrale solaire sur la plateforme chimique de Roussillon

La deuxième grande plateforme de la vallée du Rhône, après la Vallée de la Chimie, celle de Roussillon en Isère devrait accueillir une grande centrale solaire.

 Un projet d'envergure puisqu'il devrait se déployer sur une trentaine d'hectares de cette grande plateforme qui accueille notamment des unités de l'Air Liquide, de Bluestar Silicones, de Solvay, de Suez et de bien d'autres, soit quinze entreprises représentant 1 450 emplois regroupés sur 150 hectares.

 Cette centrale solaire sera installée sur des terrains qui était antérieurement pollués et qui se révèlent inapte à toute autre utilisation : encore moins à l'agriculture.

 C'est la « Compagnie du vent », filiale de Suez-Environnement qui en est à l'origine. Le dossier qui est en cours d'instruction auprès des mairies concernées attend le feu vert de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE).. Elle devrait produire, une fois construite une dizaine de mégawatts.

 Cette annonce susceptible de faire évoluer l'image de la plateforme survient à l'heure où la plateforme chimique s'apprête cette année à fêter son centième anniversaire.

 Pendant trois jours, les 18, 19 et 20 septembre, le GIE Osiris qui mutualise de nombreux services pour les entreprises installées sur le site, organisera des visites de la plateforme, ainsi que des tables rondes. Un Village des partenaires sera également installé sur ce site où verra également l'inauguration d'un show-room.

Publiée le 06 juil. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT