Dernières infos

Trafic fluvial sur le Rhône en forte baisse, mais... en hausse de 5 % au port Edouard Herriot

Paradoxe : alors que le trafic fluvial sur le Rhône, impacté par la crise économique, décrochait l'année dernière de 12 %, le port Edouard Herriot, grâce aux boom des conteneurs, voyait en revanche son activité croître de 5 %.

   Trafic fluvial sur le Rhône en forte baisse, mais... en hausse de 5 % au port Edouard Herriot

Le Port Edouard Herriot à Lyon, port avancé de Marseille et tête de pont du réseau rhodanien, a poursuivi l'année dernière sa croissance. Il a même enregistré en 2012 son plus fort volume d’activité de ces cinq dernières années : + 5 %, dépassant pour la première fois les 70 000 EVCP (Equivalent Vingt Pieds : un conteneur représente 2 EVP).

 Le trafic des conteneurs bondit de 18 %

 Ce résultat tient à la forte croissance, qui l'année dernière encore ne s'est pas démentie, du trafic des « boîtes » avec une hausse de 18 % du volume de conteneurs géré par Lyon Terminal, la filiale de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) spécialisée dans la manutention portuaire de conteneurs et de colis lourd.

 Doté de cinq modes de transport, le Port de Lyon a au final accueili en 2012, 11,4 millions de tonnes de marchandises en transit.

 Le transport par voie d’eau est orienté à la hausse (+ 6 % avec 1,5 million de tonnes), de même que le trafic par voie ferrée qui bondit, lui, de 37 % à 550 000 tonnes.

 Cette croissance est d'autant plus remarquable qu'elle s'est produite dans une conjoncture peu favorable pour le transport fluvial. En effet, sur l’ensemble du fleuve Rhône, le trafic de marchandises a accusé une baisse de près de 12 %, à 5,1 millions de tonnes.

 Le trafic de conteneurs est en passe désormais de représenter près de la moitié du trafic sur le Rhône : il a très précisément pesé l'année dernière 47 % du trafic fluvial. Le signe d'une augmentation régulière de la valeur ajoutée des marchandises transportées sur le fleuve-roi.

 Tourisme fluvial à la hausse : 19 bateaux de croisière

 Le trafic fluvial est non seulement tiré par les conteneurs, mais aussi par le tourisme fluvial. Les bateaux de croisière sont de plus en plus présents sur le Rhône : ils ont connu l'année dernière une progression de 10,4 % des éclusages.

 Le bassin Rhône-Saône compte désormais dix-neuf grands bateaux de croisière, alors qu'ils n'étaient que neuf en 2005.

 Ce n'est pas fini : quatre nouvelles unités seront mises en service en 2013.

Publiée le 11 févr. 2013 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour


HAUT