Les anciennes prisons de Lyon n'accueilleront pas le casino de Partouche, mais l'Université catholique...

Dominique Largeron

Après l'Hôtel Dieu et ses 62 000 m2, un nouveau grand projet architectural d'ampleur vient d'être lancé à Lyon. Il concerne les anciennes prisons Saint-Paul Saint-Joseph. Après un processus d'appel d'offres qui a amené cinq candidats dont le Groupe de casinos Partouche, c'est le groupement composé de l'Université catholique de Lyon, l'OPAC du Rhône et Habitat et Humanisme qui a été retenu. Le promoteur du groupement, peu connu, est Sofade : il appartient à la famille Dentressangle (transport et logistique) qui a opéré en 2007 une diversification dans l'immobilier. Un projet qui, comme pour l'Hôtel Dieu sera autofinancé et ne coûtera rien à la collectivité.

Les anciennes prisons de Lyon n'accueilleront pas le casino de Partouche, mais l'Université catholique...

L'Université Catholique de Lyon se sentait à l'étroit dans ses locaux de la place Carnot à Lyon. En 2014, cet important pôle de formation installera ses 7 000 étudiants dans les deux anciennes prisons Saint-Paul et Saint-Joseph de Lyon situées dans le quartier Perrache, après une reconversion en profondeur.

Si les murs d'enceinte tomberont, l'essentiel des bâtiments sera conservé. La forme d'étoile qui constitue l'originalité architecturale de la prison Saint-Paul sera maintenue sous la forme d'une grande verrière. Les toits des bâtiments seront entièrement végétalisés. Comme on peut le voir sur ce dessin, les façades visibles de l'extérieur seront de couleur orange et jaune, en partie recouvertes par des structures en aluminium et cuivre.

"Ce projet est innovant mais respectueux du patrimoine" et se distingue par "son intégration urbaine", se félicite Alain Lombard, directeur régional des affaires culturelles.

Les deux prisons seront cédées par l'Etat pour la coquette somme de 25 millions d'euros à l'Université catholique de Lyon. La signature définitive devrait avoir lieu en décembre.

Voilà qui met fin au processus de l'appel d'offres lancé en février 2010. Il avait suscité cinq projets dont deux portés par deux poids-lourds : Bouygues-Icade, Nexity, le groupe Confiance et le casinotier Partouche qui envisageait de délocaliser sur 6 000 à 7 000 m2 son casino le Pharaon de la Cité internationale à Lyon, tout en construisant une salle de spectacle de 1 500 places.

Le groupement retenu mercredi, comprend comme mandataire unique au côté de l'Université catholique, la Sofade. Celle-ci appartient à la famille drômoise Dentressangle, leader français du transport et de la logistique, via la « Financière de Cuzieu". Depuis 2007, le Groupe Dentressangle s'était diversifié, cela se sait peu, dans la promotion immobilière.

Sur les deux hectares de terrain, outre les 35 000 m2 dévolus au campus et à ses 7 000 étudiants, le projet envisage la construction de 11 000 m2 de bureaux et services, de 15 000 m2 de logements et de résidences étudiants (90 logements en accession et locatif libre, 65 logement sociaux et de 126 lits étudiants) gérés par l'Opac du Rhône et Habitat et Humanisme ; ainsi que 712 m2 de commerces de proximité. S'y ajoutera un parking de 280 places en souterrain.
Le permis de construire devrait être déposé en juillet 2011. Il devrait être accordé début 2012, avec ensuite près de deux ans de travaux à la clef. Pour une livraison, si tout se passe bien qui devrait avoir lieu fin 2013 ou au plus tard, au premier trimestre 2014.

Les 25 millions d'euros tirés de la vente viendront conforter le programme de modernisation des prisons, selon Jacques Gérault, préfet de Région. Dans le cadre de la rigueur ambiante, il en a bien besoin !

Publiée le 14 nov. 2010 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 15 nov. 2010
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Aménagement urbain, infrastructures
News
Actus Lyon


HAUT