Toute l’actualité Lyon Entreprises

1ère liaison avec l’Egypte, Volotea en pointe, le retour du Lyon-Montréal : le trafic reprend des couleurs à St Exupéry

Depuis que Vinci Airport a repris le manche à l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, les informations sur la reprise du trafic des passagers circulent avec parcimonie. Difficile à dire où il en est. Ce que l’on sait en revanche c’est qu’en Europe, le trafic a représenté en août dernier 71 % de celui qui préexistait en 2019. Tout laisse à penser que Lyon serait à cette aune.

La seule certitude en tout cas est que le trafic ne cesse de repartir à la hausse. Une bonne raison à cela : ce sont les liaisons court et moyen courrier qui progressent le plus : et justement c’est le point fort de Lyon-Saint Exupéry qui vient d’engranger une toute première liaison avec l’Egypte, avec SunExpress.

D’autre part dans tous les aéroports, les compagnies low-cost sont les premières à redémarrer.

Et là comme le prouve Volotea, c’est aussi un point fort de l’aéroport lyonnais. Enfin un point faible, la faiblesse des liaisons long-courriers devient en terme de reprise du trafic un point fort, car bien évidemment, ce sont les vols longs courriers qui redémarrent le moins vite et donc impactent le moins la plateforme aérienne régionale. Cela n’empêche pas d’annoncer la reprise de la liaison Lyon-Montréal le 11 décembre.

L’Egypte désormais desservie

Ainsi, pour la première fois depuis la création de l’aéroport en 1975, l’Egype va être desservie en vol direct au départ de Lyon.

Un vol assuré tous les lundis par SunExpress à partir du 25 octobre ; et ce, jusqu’au 21 mars 2022.

Départ de Lyon à 13 h 20 et arrivée à Hurghada à 19 h 35. Pour le retour : départ d’Hurghada à 7 h 55 pour une arrivée à Lyon à 12 h 20.

Volotea a transporté plus de 100 000 passagers cet été

Ce sont les compagnies low-cost qui tirent actuellement pour une bonne part le trafic.

Une bonne raison à cela, elles assurent essentiellement du court et du moyen courrier dont le trafic est bien reparti.

Ainsi, la compagnie espagnole Volotea annonce avoir carrément doublé son trafic cet été, entre les mois de juin et d’août, par rapport à 2019.

Au départ de sa base lyonnaise, inaugurée en juin dernier, Volotea a ainsi pu afficher 775 vols vers 19 destinations, soit un taux de remplissage de 91% cet été, soit 112 643 passagers.

Nous sommes très satisfaits de notre activité estivale à Lyon, notre dernière base française inaugurée au tout début de l’été, dans ce contexte de pandémie… Nous espérons que la reprise progressive des voyages se poursuivra au cours des prochains mois, et toutefois nous sommes prêts à affronter d’autres aléas, grâce à l’amélioration considérable de notre compétitivité pendant la crise”, affirme ainsi Carlos Munoz, fondateur et Pdg de Volotea.

Le retour de la liaison Lyon-Montréal : le 11 décembre

Contrairement à certains autres aéroports, Lyon-Saint Exupéry ne possède pour l’heure que peu de lignes long courrier. Grâce à de nouveaux Airbus moins gourmands et aptes à transporter moins de passagers, cette situation pourrait changer à l’avenir.

Pour l’heure, les quelques longs-courriers de l’aéroport rhônalpins recommencent à se poser sur le tarmac.

Ce fut le cas du Lyon-Dubaï d’Emirates, la ligne phare de l’aéroport qui a repris ses rotations depuis le 9 juillet.

C’est déjà aussi le cas de la liaison Lyon-Montréal d’Air Canada qui va, elle, reprendre ses vols à partir du 11 décembre ; et ce, à raison pour commencer de trois A/R par semaine.

Une liaison qui sera opérée en Airbus A330-300 tri-classes.

L’autre compagnie canadienne, Air Transat qui desservait aussi le Canada avant le Covid n’a pas encore repris, elle, ses vols vers Lyon, mais ce pourrait être le cas en 2022.

Reste à savoir quand l’aéroport lyonnais retrouvera son niveau de 2019 ? D’aucuns parmi les professionnels du transport aérien estiment qu’on ne retrouvera pas le trafic antérieur à la pandémie, avant 2024/2025.

Le fait est qu’en réalité on n’en sait rien. Avec une croissance économique en France escomptée d’un peu plus de 6 % cette année et de 4 % en 2022, la reprise des grands salons, la récente ouverture aux vaccinés sur les lignes transatlantiques par les Etats-Unis, il ne faut plus exclure que ce retour au niveau de 2019 puisse intervenir plus tôt.