Toute l’actualité Lyon Entreprises

Accord avec l’industriel américain Haas et l’ECAM : une usine/école 4.0, à Fourvière, au cœur de Lyon…

L’Ecole Catholique des Arts et Métiers (Ecam) qui forme des ingénieurs a remporté, face à 20 autres structures, l’appel d’offres européen de l’industriel américain Haas, leader US des machines-outils à commande numérique. Elle se retrouve avec une usine 4.0 clé en mains qui pourrait favoriser le besoin de cadres liés à le relocalisation et à la ré-industrialisation de notre pays, un des objectifs du Plan de Relance.

Il fallait avoir une capacité de décision rapide, une forte volonté et être présent sur un territoire industriel : telles sont quelques-unes des qualités que l’industriel américain Haas a trouvé au sein de l’Ecole Catholique des arts et métiers (Ecam), un école lyonnaise qui forme chaque année 250 ingénieurs.

Face à 21 dossiers de candidature lors d’un appel à projet européen, c’est en effet l’Ecam qui est arrivée en tête et emporté le morceau.

A la clef, un million d’euros de financements pour créer au sein même de l’Ecole une usine 4.0 avec une dizaine de machines-outils à commande numérique, parmi les plus présentes sur le marché. De son côté, l’Ecam a investi 500 000 euros.

“Nos établissements n’ont pas toujours les moyens de s’offrir des machines-outils numériques dernier cri. Lorsque je visite certaines écoles, il m’arrive des voir des étudiants travailler sur des machines vieilles de trente ans, plus du tout adapté à l’époque actuelle de l’usine 4.0. Nous avons beaucoup de chance”, se félicite Didier Desplanche, le directeur général de l’Ecam.

Ainsi, non seulement l’usine 4.0 de l’Ecam installée sur la colline de Fourvière bénéficiera des machines numériques les plus sophistiquées du moment, mais celles-ci seront régulièrement renouvelées par Haas en fonction de l’évolution du parc machine.

Cette usine intégrée baptisée “Gene Hass Center for Manufacturing Innovation” qui se déploie sur 350 m2 verra ainsi défiler la totalité des élèves ingénieurs engagés dans un cursus d’une durée de cinq ans.

L’accord entre Haas ou plus précisément la “Fondation Hass” et l’Ecam est assez novateur car il stipule que si l’Ecole d’ingénieurs s’octroie 70 % de l’utilisation de cette usine 4.0, Haas se réserve les 30 % restants.

Un exemplaire de chacune des familles de machines numériques

L’entreprise américaine qui installe à l’Ecam un exemplaire de chacune de sa dizaine de familles de machines-outils compte utiliser aussi, non seulement cette usine 4.0 comme un show-room, mais elle organisera également des séances de formation pour ses clients acquéreurs de machines numériques US.

De nombreux représentants de PME passeront donc par l’Ecam. “Ce brassage, ces rencontres sont bien dans l’ADN de l’Ecam, ce qui bénéficiera à nos étudiants,” se félicite le directeur général de l’ECAM.

Les PME pourront également demander aux étudiants de travailler sur des projets qu’elles ne peuvent mener en propre, faute de chaîne disponible ou de temps.

 

Cette usine 4.0 située sur la colline de Fourvière constitue un atelier mécanique de précision permettant d’usiner et de contrôler des pièces de formes complexes dans des matériaux difficiles à usiner, pour l’industrie aéronautique ou spatiale, par exemple.

Elle permet également de réaliser et ce, dans des délais très courts, des petites, moyennes et grandes séries à “un haut niveau de qualité et à un coût réduit”, explique la direction de l’Ecam.

Bref, un lieu qui pourrait bien redorer le blason de l’industrie qui n’a plus grand chose à voir, suite au mariage de la mécanique et de l’informatique, avec l’industrie traditionnelle.

Résoudre le problème d’image

Un lieu à même aussi de résoudre le problème d’image de l’industrie auprès des nouvelles générations.

L’un des critères qui a amené Haas à choisir l’Ecam est en effet sa capacité à communiquer.

Bref, le terreau de la ré-industrialisation et la relocalisation voulue tant au niveau régional que national tend à s’étoffer à Lyon. Citons également le Campus Numérique de la région à Charbonnières et “La Ruche Industrielle” située au sein des anciennes usines Bosch de Vénissieux.

Implantée dans un bâtiment de 2 000 m2 sur le site USIN Lyon Parilly, cette association vise à accompagner la transformation 4.0 des entreprises industrielles et à concrétiser des projets d’innovation…

La révolution industrielle 4.0 est bien en cours dans la Métropole lyonnaise…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail