Toute l’actualité Lyon Entreprises

Créée en 2012, la Cuisine du Web est l’un des acteurs clés du numérique à Lyon. Facilitateur et accélérateur de start-ups, elle leur permet de s’implanter dans l’écosystème régional.

Haut lieu du numérique, la Tour du Web accueille aujourd’hui une vingtaine d’entreprises ou de start-ups comme Hoomano, Copark ou encore Enedis, et 150 personnes. Elle est également le siège de la Cuisine du Web, une association qui favorise l’entrepreneuriat web et numérique à Lyon.

“En fait, la Cuisine du Web a trois marques. La marque Cuisine du Web donc, qui est focalisée sur l’événementiel, la marque Tour du Web, outil qui favorise le développement des start-ups avec des bureaux pour chaque entreprise et un espace de coworking, et enfin la marque BlendWebMix, une grande conférence francophone qui réunit près de 2000 personnes tous les ans”, explique Jean-Louis Brunet, nouveau directeur général de la Cuisine.

Celle-ci délivre des outils aux différentes start-ups, comme le bénéfice d’être hébergé avec la Tour du Web ou celui de participer aux meet-ups. “Des services concrets” selon Jean-Louis Brunet, qui définit son association comme “un facilitateur mais en aucun cas un incubateur.”

“La Métropole nous accompagne depuis le début”

Pour parvenir à offrir tous ces services aux entreprises et start-ups qu’elle héberge, la Cuisine du Web bénéficie de fonds privés et publics. Les sponsors et la billetterie participent à 90% du budget, le reste provient de la Métropole.

“La Métropole nous accompagne depuis le début, c’est un acteur important. Bien évidemment, on peut toujours faire plus. Si on doit faire plus il faut faire attention à ce que ce ne soit pas en créant de grands systèmes mais trouvant un moyen de favoriser l’action des entrepreneurs. Ce qui est typiquement le cas avec la Tour du Web et ses loyer peu chers”, commente Jean-Louis-Brunet.

“La région a tout à fait les moyens de devenir une silicon valley française”

Si la Cuisine du Web accompagne ces jeunes pousses du numérique, elle n’est pas la seule. De nombreux facilitateurs et incubateurs existent dans la région, et contribuent à son dynamisme.

“La région Rhône-Alpes a une dimension qui lui permet de développer n’importe quelle activité économique”, souligne Jean-Louis Brunet, qui rejoint Laurent Wauquiez sur le fait qu’elle pourrait devenir une Silicon Valley à la française.

“Elle en a tout à fait les moyens. Notamment grâce à plusieurs facteurs comme la présence historique d’une industrie du logiciel, le développement de l’industrie du jeu et d’une très belle branche robotique avec des start-ups comme Hoomano ou Hease Robotics. Je pense qu’il nous manque juste une licorne ou une grosse start-up qui tirerait l’écosystème”, affirme-t-il.

Des enjeux économiques sur lesquels il faudra travailler pour faire de la région un leader du numérique.