Toute l’actualité Lyon Entreprises

Elkem s’offre à Saint-Fons un centre de R&D XXL consacré aux silicones, substituts grandissants aux plastiques

Matériau en vogue, le silicone est un marché en croissance de 5 % l’an. Cette forte dynamique explique que le groupe Elkem ait décidé d’investir 25 millions d’euros pour créer un nouveau centre de recherche à côté de l’ancien, à Saint-Fons, dans la Vallée de Chimie. L’illustration d’un regain de forme, grâce aux forts investissements de l’actionnaire chinois.

Ils servent de plus en plus de substituts aux plastiques. Les silicones sont présents partout. Son marché grimpe chaque année de 5 %, porté par l’urbanisation, l’électrification des moyens de transports (on en trouve beaucoup dans les voitures électriques) ou encore les énergies renouvelables.

Bref les silicones sont la matière chimique qui monte.

Or, Lyon ou plus précisément Saint-Fons au cœur de la Vallée de la Chimie, possède avec Elkem un des plus grands centres d’expertise mondiaux autour de ce produit à qui l’avenir sourit.

L’établissement de Saint-Fons emploie près de 600 personnes dont 130 chercheurs.

Obsolète

Or, le centre de recherche d’Elkem/Saint-Fons se révélait obsolète, ne répondant plus aux besoins grandissants en matière de recherche.

D’où la décision du groupe Elkem au sein duquel le Chinois Bluestar est majoritaire et qui est coté à la Bourse d’Oslo où se situe son siège, va investir 25 millions d’euros pour développer un nouveau centre de Recherche&Développement sur le site même de l’entreprise.

Un centre qui bénéficiera d’une superficie de 6 000 mètres carrés, soit un doublement de l’espace actuel, pour répondre aux besoins : il sera d’ailleurs encore susceptible de s’agrandir à l’avenir avec possibilité d’ajouter deux ailes supplémentaires.

« Nous avons embauché 11 % de nouveaux chercheurs au cours des quatre dernières années », explique Frédéric Jacquin, directeur général de la division Elkem Silicones. Cette croissance va perdurer. Ce centre de recherche refait à neuf accueillera les chercheurs travaillant déjà sur le site, mais aussi ceux qui œuvraient sur un autre site de la Vallée de la Chimie (Solvay), soit 130 personnes au total.

Opérationnel en 2020

 Il travaille également en open source et en réseau avec l’Université et d’autres centres de recherche, soit près de 90  spécialistes associés dans des domaines très différents.

 Ce futur site signé AMMA Architectes qui sera opérationnel au 2ème semestre 2020 est également destiné à accueillir de manière ponctuelle des équipes de chercheurs en provenance de Chine, des Etats-Unis et d’Europe, les trois grosses implantations du Groupe.

Un groupe qui à le fort avantage d’être totalement intégré : le quarz, le matériau de base dont est issu le silicone est issu d’une mine norvégienne, située au niveau du cercle polaire. La matière première est notamment traitée au niveau de l’autre usine du groupe dans la Région (à Roussillon dans l’Isère Rhodanienne) pour être finalisé à Saint-Fons.

 Avec ces deux sites, Elkem emploie près de 800 personnes dans la région lyonnaise.

Chaque année, une dizaine de brevets sont en moyenne déposés par les équipes du centre de R&D de Saint-Fons qui a en portefeuille près de 1 200 titres de brevets issus de ses travaux !

Il est vrai qu’Elkem produit près de 6 000 sortes de silicones différents adaptés à ses 5 000 entreprises clientes. Du cousu main qui demande beaucoup d’études et de recherche en amont pour produire un silicone adapté à des utilisations très différentes.

« Ce projet de nouveau centre de R&D va permettre au groupe de continuer sa politique de montée en gamme et de pérenniser son activité de Recherche & Développement en Europe », se félicite Frédéric Jacquin.

 Avant de changer d’actionnaires, en 2007, les silicones qui étaient dans le giron de Rhodia avaient connu de sérieux retards d’investissements. Les nouveaux actionnaires ont su réinjecter des capitaux en nombre pour remettre le site à niveau.

L’arrivée de ce futur centre de R&D illustre désormais une volonté affichée, avec les moyens nécessaires, de repartir de l’avant. Bon pour le développement de la Vallée de Chimie…