Toute l’actualité Lyon Entreprises

Objectif : 200 000 euros, mais a minima, 120 000 euros. La plateforme culturelle lyonnaise mytoc.fr a déjà réuni 95 000 euros en crowdfunding pour financer son développement dans les grandes villes françaises. Son objectif : doubler la mise d’ici fin juillet.

«Nous sommes le venteprivee.com de la culture !»

Nadège Michaudet, présidente de la plateforme culturelle mytoc.fr, a un certain culot. Car la start-up qu’elle a créé il y a trois ans et qui a démarré son activité il y a dix-huit mois est encore loin de réaliser plusieurs milliards de chiffre d’affaires comme le site web qui recycle les invendus des grandes marques de prêt-à-porter.

A peine plus de 150 000 euros de chiffre d’affaires l’année dernière et une petite équipe de trois salariés épaulés par des bénévoles. Mais un concept jugé innovant par la Banque Publique d’Investissement (Bpi) qui a soutenu cette aventure.

Son modèle économique : recycler les invendus de culture, c’est-à-dire les places de spectacles disponibles même quand un spectacle est complet, à cause d’un empêchement de dernière minute. Des places qu’elle échange avec les acteurs de la culture contre des espaces de communication sur son site et ses newsletters. Et qu’elle recycle en vendant des cartes spectacles.

Et même si elle reconnaît que mytoc est «encore fragile», elle a déjà marqué quelques points : un site d’information culturelle et de programme, une centaine de partenaires culturels et près de 4 000 «encartés» à Lyon et dans la région.

De quoi lui donner de l’ambition puisque cette journaliste de 34 ans (Science Po) devenue entrepreneur veut développer son modèle dans six autres grandes villes françaises. Marseille, Bordeaux, Lille…

Son objectif : mutualiser les charges de mytoc : web, rédaction et communication.

Pour cela, elle a lancé en mai une levée de fonds sur le site happy-capital.com pour réunir 200 000 euros afin de préparer son atterrissage dans ces villes-régions. 100 000 euros au compteur, déjà. Avec un seuil minimum de 120 000 assurant la réussite de cette opération de crowdfunding qui sera bouclée avant fin juillet. Ticket minimum pour investir : 305 euros. 

 Et pour montrer sa détermination elle a mis «en stand by» son site et ses cartes, pour mobiliser toute son équipe, en s’inspirant de certaines start-up américaines…

 https://www.happy-capital.com/projet/mytoc-fr/page