Toute l’actualité Lyon Entreprises

Une toute nouvelle compagnie et une toute nouvelle destination : la compagnie finlandaise ouvre à partir du 11 décembre la 1ère liaison Lyon-Helsinki. Une liaison plus stratégique qu’il n’y paraît pour l’aéroport : grâce à ses droits de trafic avec la Russie, Finnair va plus vite en Asie, de Lyon, notamment en Chine qu’Emirates via Dubaï.

A l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, on pavoise. Il n’est pas si fréquent pour l’aéroport d’attraper dans ses filets une compagnie qui n’a jamais auparavant posé un seul avion sur le tarmac. Et une belle compagnie, réputée : la compagnie nationale finlandaise, Finnair.

Ses débuts sont prudents, mais à la direction de l’aéroport, on verrait bien à terme une liaison régulière avec un vol par jour.

On n’en est pas encore là. A partir du 11 décembre, Finnair lance un Lyon-Helsinki avec deux fréquences par semaine : le mardi et le samedi. Et pour l’heure uniquement sur la période hivernale. La liaison pourrait s’arrêter le 31 mars pour reprendre à l’automne prochain, sauf si le succès est au rendez-vous avec de forts taux de remplissage. Dans ce cas, Finnair poursuivrait toute l’année ce vol qui deviendrait régulier.

L’avion choisit pour cette liaison est un petit module : un Embraer de E-190 de cent places : 12 sièges en classe affaires et 88 sièges en classe économie. Et pour commencer : un tarif de base attrayant de 210 euros aller et retour.

La Finlande est pour l’heure une destination hivernale qui intéresse les tours opérateurs de la région.

Dans l’autre sens, les Finlandais sont attirés par les pistes de ski alpines : dans le pays, on pratique surtout le ski de fond.

Un pari gagnable si l’on sait qu’en moyenne, près de 10 000 Rhônalpins dont 60 % de la métropole lyonnaise se rendent chaque année actuellement en Finlande en utilisant d’autres routes, comme Francfort ou Vienne, par exemple, pour leur correspondance.

Une nouvelle route stratégique

Mais la création de cette nouvelle route apparaît plus stratégique pour l’aéroport lyonnais qu’il n’y paraît.

Helsinki constitue d’abord un lieu de correspondance pratique pour se rendre dans les autres pays scandinaves (Suède et Norvège) ou dans les pays baltes. Des pays qui ne possèdent pas (encore ?) de lignes directes à partir de Lyon-Saint-Exupéry.

Mais ce sur quoi table aussi la compagnie finlandaise, c’est l’attrait de ses connexions vers l’Asie (Chine, Corée et Japon), à partir de son aéroport d’Helsinki et ses correspondances adaptées. « Il suffit de trois quart d’heure, nos correspondances sont fluides et rapides, notre aéroport étant plutôt petit », explique-t-on chez Finnair.

La compagnie finlandaise bénéficie d’un grand avantage pour les vols asiatiques par rapport à une compagnie comme Emirates par exemple qui propose aussi au départ de Lyon-Saint Exupéry, des liaisons vers l’Asie, via Dubaï.

La route de Finnair qui passe par le Pôle Nord est nettement plus courte qu’avec une correspondance dans un aéroport situé au Sud. Finnair va au plus court, car la compagnie scandinave bénéficie de droits de trafic au dessus de la Russie, ce qui n’est pas le cas de toutes les compagnies.

Finnair vient d’ailleurs d’augmenter ses capacités et le nombre de ses destinations sur la Chine, mais aussi sur le Japon au départ d’Helsinki.

Des Airbus A 350 vers l’Asie

Autre atout mis en avant par la compagnie finlandaise pour ses longs courriers au départ d’Helsinki, les vols sont opérés sur les nouveaux Airbus A 350 XWB construit à 55 % en fibre de carbone, réputés très confortables qu’elle a commandés en nombre.

Tous ces atouts vont-ils transformer à terme ce Lyon-Helsinki en une liaison régulière et non saisonnière ? Tout le pari finnois est là…