Toute l’actualité Lyon Entreprises

Food’Lab : treize chefs réunis dans un même espace dans le 3ème arrondissement de  Lyon pour ne développer que de la vente à emporter…

Vous connaissez sans doute “la Commune”, à Gerland, le premier food-court lyonnais à voir le jour et depuis imité par d’autres. Un autre concept innovant de la même eau va voir le jour en début d’année prochaine : Food’Lab. Il sera composé de treize laboratoires de restauration à destination des chefs et de leurs équipes, à la différence qu’il n’y aura ni tables ni chaises pour le public. La cuisine réalisée dans ce lieu est uniquement destinée à la vente à emporter ou au click and collect…

“Nous nous attendions à ce que ce soit de jeunes chefs, des start-up de la restauration qui s’intéressent à notre concept. Nous avons été étonnés de voir que des chefs déjà bien installés à Lyon ont aussi frappé en nombre à notre porte !”

Telle est l’un des surprises qu’a rencontré Raphaël Roques dans la mise en œuvre de son projet lyonnais qui a représenté un investissement de 600 000 euros (via des cofinancements et prêts bancaires) et qui fournira ses premiers repas à emporter en principe vers la mi-janvier.

La démarche des trois trentenaires, co-créateurs de Food’Lab, Raphaël Roques, Matthieu et Bastien des ex-Vatel de la même promo qui ont tous une bonne expérience de la restauration professionnelle, se veut une forte réponse à la forte demande née de l’apparition des plateformes de livraison de repas : Deliveroo, Uber Eats, and so on…

Boostée par le confinement, par la fermeture des restaurants, la restauration livrée est assurément en train de s’ancrer dans les habitudes alimentaires des Français.

Pour répondre à cette demande, il existe de plus en plus de restaurants qui ne font que de la vente à emporter et qui n’accueillent pas de clients dans leurs murs. Mais l’investissement, notamment pour les jeunes chefs peut être lourd. Beaucoup tenteraient l’expérience si le coût de lancement n’était pas trop élevé.

C’est ce que propose Raphaël Roques, ses associés et partenaires.

Un loyer de 1 500 euros par mois

Ainsi, les trois créateurs de Food ‘Lab, mettent à disposition des chefs des laboratoires de cuisines professionnelles de 23 m2 aux dernières normes d’hygiène et de sécurité qu’ils louent. Ils y trouveront aussi leur réserve personnelle, salle de repos, vestiaires…

A raison d’un investissement qui démarre à 5 000 euros et pour un loyer mensuel de 1 500 euros HT (l’énergie, l’Internet, le photo-shooting des plats sont compris dans ce tarif) ; et à condition de s’engager pour au moins un an, tout nouveau jeune chef, sans trop de moyens ou chef plus aguerri peut trouver là moyen à se lancer sans trop de frais.

Mais ce n’est pas tout puisque Food’Lab a négocié également des tarifs avec ses fournisseurs dont il fait profiter ses occupants.

Hors abonnement mensuel, en effet peuvent se rajouter : la création d’un site Internet, le kit de démarrage, l’animation des réseaux sociaux pour la communication car Food’Lab aura son propre site Web où les treize chefs se retrouveront pour proposer leurs plats.

On l’aura compris, il s’agit là d’un concept situé à mi-chemin entre incubateur et coworking qui va accueillir treize laboratoires de cuisine dans le 3ème arrondissement de Lyon.

Rennes, après Lyon

Raphaël Roques, le président de Food’Lab, est sûr qu’avec son équipe il a vu juste : « si la croissance du marché de la restauration dite virtuelle était déjà de 20 % en 2019, la crise sanitaire n’a fait qu’accélérer la mutation du secteur. Food’Lab permet aux porteurs de projets de se positionner rapidement et dans les meilleures conditions sur ce marché en forte croissance tout en bénéficiant de la force d’un réseau.

Il pense avoir en tout cas trouvé d’emblée le bon modèle économique : “Nous devrions très vite arriver à la rentabilité”, assure-t-il.

D’ici à la fin de l’année 2021, trois nouveaux Food’Lab devraient être commercialisés en France. Après Lyon, c’est Rennes qui est d’ores et déjà ciblé. Le troisième reste à déterminer.

Ainsi, à fin 2021, une trentaine de restaurateurs devraient se retrouver enrôlés dans l’aventure…

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail