Toute l’actualité Lyon Entreprises

L’ancien hôtel Saint-Hélène a été transformé de fond en comble pour offrir dix suites entièrement digitalisées : réservations exclusivement en ligne, pas de réception, ni de clé, mais des codes d’accès personnalisés envoyé via mail ou SMS. Un luxe qui se veut abordable à l’initiative de deux serial-entrepreneuses lyonnaises.

Décidément Nathalie Grynbaum et Stéphanie Marquez, deux Lyonnaises, créatrices du concept MiHotel, font flèche de tout bois.

Lyon-entreprises avait présenté en 2015 leur concept original de suites disséminées dans Lyon et connectées et quelque part ubérisées qui connaissent un vrai succès.

Ces deux serial-entrepreneuses sont également partie-prenantes dans la reprise de la Tour Rose : elles vont s’occuper de la partie hôtelière et des douze suites de cet hôtel à l’architecture Renaissance située dans le Vieux Lyon qui vient d’être repris par une nouvelle équipe.

Nathalie Grynbaum et Stéphanie Marquez

Une décoration signée Véronique Vincent

Mais ce n’est pas tout : elles viennent dans le même temps, d’ouvrir un nouvel hôtel, au cœur de la presqu’île lyonnaise : «  Hôtel Particulier Gailleton ».

Il s’agit en fait de l’ancien Hôtel Saint-Hélène qui a été transformé de fond en comble pour proposer dix suites haut de gamme signées de la décoratrice Véronique Vincent.

Des suites dans la droite ligne de leur concept d’origine : pas de clé, pas de réception, mais des codes d’accès personnalisés.

Un parcours 100 % digitalisé pour les clients : réservations en ligne, puis réception des codes par mail et par SMS. Toutes les suites sont par ailleurs équipées d’une tablette tactile, permettant aux clients de piloter à distance la domotique de leur chambre : température, ambiance lumineuse, musicale, cheminée, etc.

Dotées chacune d’une identité propre (sous les nom de baptême de Fusaro, Fauve, Vertigo, etc.), ces suites proposent une superficie oscillant de 28 à 75 m2, avec une majorité tournant autour de 40 à 50 m2.

Certaines de ces suites sont par ailleurs équipées d’une cuisine américaine pour une plus grande autonomie et l’une d’entre elles est accessible aux PMR (personnes à mobilité réduite). Deux d’entre elles peuvent également accueillir jusqu’à quatre personnes.

Voulant proposer « un luxe accessible », le tarif de ces nouvelles suites démarre à partir de 160 euros la nuit.

Des partenariats

Désireuses de pallier le manque de service et l’absence totale de personnel à disposition des clients dans cet hôtel entièrement digitalisé, Nathalie Grynbaum et Stéphanie Marquez ont tissé des partenariats avec un certain nombre de sociétés : du chauffeur en Tesla, à la sortie de l’avion à Saint Exupéry, en passant par la livraison du petit-déjeuner ou la livraison d’une bouteille de champagne à la bonne température ou de chocolats…

On peut réserver tous ces services sur la Toile, en même temps que sa suite…