Toute l’actualité Lyon Entreprises

Il verra le jour en 2022 : pose de la première pierre du Centre International de Recherche contre le Cancer à Lyon-Gerland

Dix-huit millions de cas de cancers ont été recensés dans le monde en 2018 par l’OMS, dont 400 000 en France. A l’heure où un rapport de l’OMS pointe une probable augmentation de 60 % des cancers dans le monde d’ici 2040 , la cérémonie qui a rassemblé jeudi 7 février à Gerland élus et sommités médicales a eu comme effet de mettre un peu de baume au cœur face à ces prévisions inquiétantes. Installé à Lyon depuis 50 ans, le CIRC et ses 350 salariés de …50 nationalités différentes, va quitter Grange Blanche pour s’installer à Gerland au cœur du Biodistrict sur 15 200 m2. Il n’arrivera par ailleurs pas seul…

Pour Lyon, il y a cinquante ans, c’était une très belle prise, celle d’un organisme issu de l’OMS, le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC) qui fut alors inauguré par Georges Pompidou.

Par ses études, ses recherches, il fait régulièrement parler de lui : le cancer est la première cause de mortalité dans le monde. Et sauf divine surprise de remèdes encore plus efficaces que ceux connus actuellement, le nombre de cas de cancers devrait augmenter de 60 % d’ici 2040 dont + 81 % dans le pays pauvres !

En cinquante ans, les bâtiments du CIRC situés près de l’hôpital Edouard Herriot ont bien vieilli et la question de sa réhabilitation ou d’une construction ex-nihilo sur un autre site s’est posée.

Ce fut le second choix qui fut décidé avec un financement de l’Etat et des collectivités locales qui n’avaient aucune envie, sinon, de voir le CIRC partir sous d’autres cieux. Un trop beau label international !

Au cœur du bioDistrict

En toute logique, la nouvelle implantation choisie fut celle du biodistrict de Gerland : le nouveau CIRC qui sera inauguré en 2022 sera situé non loin de la Halle Tony Garnier, du siège de Lyonbiopole, du fameux laboratoire P4 qui travaille actuellement sur le coronavirus, de Bioaster ; bref, c’est là où bat le cœur de l’écosystème de santé lyonnais et ses 5 000 salariés dans le domaine de la santé et des biotechnologies.

C’est la Ville de Lyon qui a fourni gracieusement le terrain et sa dépollution (d’une valeur de 13 millions d’euros), la Métropole a apporté 19,2 millions d’euros ; la Région 14,2 millions d’euros ; et l’Etat 17 millions d’euros, soit un financement partagé à hauteur de 50 millions d’euros.

Cher, sans doute, mais le choix effectué fut celui d’un CIRC qui sera sans doute emblématique avec un grand jardin intérieur autour duquel s’ordonneront les bureaux, les labos, les amphithéâtres du Centre et où s’installeront les 350 salariés : le coût de fonctionnement du Centre est assuré par pas moins de 27 pays, des Etats-Unis à la Russie, en passant par l’Iran ou la Corée.

Signé du cabinet d’architecture belge Art et Build, en compagnie de Unanime Architecte Lyon et construit par Demathieu Debard, 8ème groupe français du BTP, ce bâtiment de 15 200 m2 a pour ambition d’allier design et fonctionnalité, mais aussi sécurité, du fait de son caractère onusien (l’OMS dépend de l’ONU).

De son côté, le CIRC mettra au pot 11 millions d’euros : en bonne logique, les équipements techniques pour la biobanque, les laboratoires, la bibliothèque enfouie dans le sol, le mobilier, les équipements audio et vidéo seront à sa charge. A cet égard, un vaste appel de fonds a été lancé auprès des grands donateurs, mais aussi des entreprises…

Son architecte décrit « un bâtiment symbole de recherche et de transparence, un outil de communication et d’informations, mais aussi un vrai cocon pour les chercheurs, un lieu épanouissant, rassurant… »

L’Académie de l’OMS aussi

Un an après l’inauguration du nouveau CIRC, la caractère international de Lyon en matière de santé sera conforté par l’arrivée d’un nouvel organisme, avec l’installation à Lyon de l’Académie de l’OMS qui verra passer chaque année passer par Lyon des milliers de chercheurs venus du monde entier…

« Nous devons créer la coalition la plus large pour lutter conte le cancer », lança à l’occasion de la pose de cette première pierre, la directrice du CIRC, le docteur Elisabete Weiderpass qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2019 dernier.

Et d’ajouter, pour le plus grand plaisir des nombreux élus (en campagne) présents : « Nous allons faire du CIRC et de Lyon, le centre mondial de la lutte contre le cancer. »

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail