Toute l’actualité Lyon Entreprises

Inauguration du “Campus Orange Lumière” de 3 000 salariés en phase avec la nouvelle Part-Dieu voulue par Grégory Doucet

Lors de l’inauguration, jeudi 8 novembre, du gigantesque bâtiment de 26 000 m2, Grégory Doucet, maire de Lyon et nouveau président de la SPL Part-Dieu, n’a rien à trouver à redire au nouveau “campus” lyonnais d’Orange. Et pour cause : bien que conçu sous le mandat de Gérard Collomb, il coche toutes les cases vertes d”un quartier qu’il veut déminéraliser. Orange a même investit 2,6 millions dans des aménagements urbains !

Il est compliqué tout-de-même de construire dans le quartier d’affaires de la Part-Dieu à Lyon. Qui plus est, s’agissant d’un projet d’ampleur…

Il a en effet fallu dix ans de l’idée à l’inauguration pour que le groupe de télécommunications Orange voit enfin réalisé son campus qui lui permet de regrouper non loin de la gare de la Part-Dieu ses trois-mille collaborateurs disséminés dans…dix-huit sites différents à Lyon !

Un bâtiment architecturalement réussi, il faut bien le reconnaître qui possède une triple originalité.

L’ancien central historique “Laccasagne” conservé

                                              Au  premier plan, “Orange Lumière”, puis l’ancien central Lacassagne, conservé

Il a d’abord été conçu en conservant l’ancien central des télécoms historique “Lacassagne” construit en 1972 et qui garde déjà avec ses revêtements …orange très années 70, pour l’ex-France Télécom, une grande valeur sentimentale.

Deuxième originalité. Vu la qualité architecturale des deux derniers finalistes du concours d’architectes, Gérard Collomb, avait décidé, ce qui est très rares de conserver non pas un seul, mais les deux cabinets, Hubert Godet Architectes et Hardel Le Bihan Architectes, la maîtrise d’ouvrage ayant été déléguée à Pitch Promotion (groupe Altarea), leur enjoignant de collaborer. Il avait eu le nez creux, vu le résultat.

Enfin troisième originalité qui se voit plutôt du ciel que du sol, organisé en collines, selon l’expression des architectes, cet immeuble offre de nombreuses terrasses très vertes, formant une sorte de parc urbain aérien comme on peut le constater sur les photos accompagnant cet article.

Une grande artère centrale

Il offre en effet beaucoup de verdure, de terrasses, de jardins.

Pourquoi ce terme de campus, même s’il accueille des espaces de formations ? Parce qu’il est conçu comme un campus, en l’occurrence, une grande artère centrale une large rue intérieure donnant sur des jardins, comme par exemple la nouvelle Université catholique Lyon, installée dans les anciennes prisons où les différents composants de l’immeuble (restaurant, food-truck, cafetaria et snacking, bureaux, salles de réunion, de détente ou de “convivialité”, salle de conférence de 150 places, etc.) se greffent.

Et pour ceux qui voudraient télétravailler, quatre sites annexes situés en périphérie de Lyon ( l’Isle d’Abeau, Saint-Etienne, Vienne et Villefranche), leur permettant d’éviter la traversée de l’agglomération.

“La rencontre du digital et de l’humain”

“L’aménagement permet davantage de coopération, de transversalité et d’agilité. L’ensemble est aménagé pour permettre le télétravail et le nomadisme”, décrit ainsi Valérie Thérond, d’Orange Grand-Sud-Est.

Pour Fabienne Dulac, pédégère d’Orange France, rappelant que 500 salariés du groupe ont été associés à l’élaboration du bâtiment, “ce site incarne la révolution numérique : il représente la rencontre du digital et de l’humain.”

Pour l’heure, un peu plus de la moitié des salariés d’Orange Lyon ont déjà migré sur leur nouveau site. Ils devraient être tous installés fin novembre, avec une nouvelle qualité de travail et de communication qui n’ont plus rien à voir avec l’ancienne.

Aménagements urbains à 2,6 millions d’euros

Dernière originalité de ce bâtiment qui a coûté “plusieurs dizaines de millions d’euros, (on n’en saura pas plus…), une somme de 2,6 millions d’euros a été ajoutée pour les aménagements publics proches dont l’Esplanade Mandela, “soit 50 % du montant du projet”, a souligné Grégory Doucet, maire de Lyon et nouveau président de la SPL Lyon Part-Dieu qui a trouvé le bâtiment certifié HQE (Haute Qualité Environnementale et également raccordé au réseau de chaleur de la Ville, tout-à-fait à son goût.

En phase donc “pour faire de Lyon, une ville apaisée, verte et animée : il faut qu’on puisse dire qu’à Lyon, il se passe quelque chose…” a-t-il lancé lors de l’inauguration de ce nouvel immeuble d’ampleur du quartier de la part-Dieu.