Toute l’actualité Lyon Entreprises

La création de nouvelles usines n’est pas si courante en France. Celle que vient d’inaugurer Muriel Pénicaud, ministre du Travail à Salaise-sur-Sanne au Sud de Lyon, impressionne ; mais selon le Pdg du groupe Hexcel qui en est à l’origine, ce premier investissement de 200 millions d’euros ne constitue sans doute qu’un avant-goût que promet ces matériaux d’avenir que sont les composites.

Présente lors de l’inauguration de l’usine Hexcel de Salaise-sur-Sanne au Sud de Vienne dans le Nord Isère, Muriel Pénicaud, ministre du Travail était en terrain connu.

Avant d’être ministre, elle a chapeauté Business France, la structure et avait eu alors à traiter le dossier de l’implantation d’Hexcel au sein de la plateforme chimique de Roussillon. Il s’agissait pour elle, lors de cette inauguration de souligner la belle réussite de cette implantation, le site isérois ayant été sélectionné parmi une kyrielle de 56 autres sites en Europe !

Résultat, quatre ans après la décision d’implantation, trois ans de travaux  et 200 millions d’euros d’investissements : on a assisté à la création de 120 emplois directs et 250 indirects.

Des clients comme Airbus ou Safran

L’usine de 300 mètres de longueur qui produit des fibres de carbone pour les matériaux composites alimente notamment Airbus et Safran.

Le premier pour les composites de l’Airbus A350 XWB composé de matériaux composites à hauteur de 55 % et d’un des réacteurs actuellement le plus vendu au monde (14 000 commandes à l’heure actuelle) : le Leap de CFM international possédé par le Français Safran à hauteur de 50 %.

Les dirigeants d’Hexcel sont assurés de leur débouchés. Plus léger et plus résistant que l’acier, les composites sont les matériaux de l’avenir.

D’oû l’annonce par Nick Stanage, le Pdg d’Hexcel de la poursuite de ses investissements en Isère et dans l’Ain où travaillent déjà un millier de salariés de ce groupe US.

Outre Roussillon, le groupe posséde une usine aux Avenières en Isère qui constitue déjà la plus gande usine de tissage carbone d’Europe ; mais aussi à Dagneux dans l’Ain où Hexcel a développé un site d’imprégnation de nappes et de tissus carbone.

« Nous sommes en train de constituer un écosystème complet pour la filière des matériaux composites hautes performances, de la fibre de carbone aux tissus techniques préimprégnés », se félicite Thierry Merlot, président du groupe Hexcel pour l’Europe.

Il révèle que le site isérois vient de recevoir sa première certification aéronautique pour le réacteur Leap. Et s’apprête à recevoir celle de l’Airbus A350XWB.

Soutenir les innovations des composites haute performance

Pour accompagner cette démarche, Nick Stanage annonce pour le premier trimestre 2019 , l’ouverture d’un nouveau centre de Recherche&Développement de 3 500 mètres carrés, près de son site actuel des Avenières en Isère. Il s’agit de soutenir les innovations des composites hautes performances et de poursuivre la pénétration des matériaux composites dans l’aéronautique. 

Selon Thierry Merlot, Hexcel pourrait quadrupler ses capacités de production en quatre ans.

Vu la demande annoncée, une seconde ligne de production de fibres de carbone, en parallèle de la première, pourrait voir le jour assez rapidement.

Bref, cette usine iséroise constitue une belle vitrine industrielle pour la région Auvergne-Rhône-Alpes qui accueille 1 000 des 1 200 salariés d’Hexcel en France.

La production s’appuie sur une technologie d’avenir, à la frontière de trois secteurs forts de la région : la chimie, l’industrie et le textile. Ce qui explique d’ailleurs pour partie le choix de l’implantation iséroise.