Toute l’actualité Lyon Entreprises

La célébration des 80 ans du port Edouard Herriot à Lyon a constitué l’occasion de se projeter dans l’avenir de cet équipement important pour l’économie de la Métropole. En projet : un hôtel de logistique urbaine de 40 000 m². Ce grand entrepôt connecté visera à rendre la desserte de Lyon plus propre et plus durable en mutualisant la manutention ; tandis qu’à partir de 2019, débutera de la construction du Quai des Energies, une station multi-énergies vertes permettant  aux véhicules de se recharger en carburants alternatifs : hydrogène, électricité 100 % verte, gaz naturel compressé…

I/ La naissance du Port et son poids économique pour la région

La naissance du port

Un « port de mer » à Lyon. Ce mot d’Edouard Herriot – alors maire de la ville – est à l’origine du projet du Port dès 1918 via l’aménagement du quai Rambaud le long de la Saône.

La forte croissante des activités associée aux capacités limitées du site révèlent le besoin de construire un port industriel plus conséquent.

Edouard Herriot et Léon Perrier vont mettre en œuvre ce projet politique en créant en 1933 la Compagnie Nationale du Rhône (C.N.R). Cette société – aujourd’hui leader en France en termes de production d’électricité d’origine 100 % renouvelable – va initier les travaux en 1935, entre le quartier de la Mouche-Gerland et la banlieue industrielle du sud-est.

Le Port de Lyon « Edouard Herriot » est ainsi inauguré le 31 mars 1938, à l’aube de la seconde guerre mondiale.

Un véritable poumon économique pour la région lyonnaise

Le port Edouard Herriot est implanté au cœur de la Métropole lyonnaise : il demeure un outil économique et industriel majeur de la région et joue un rôle crucial dans les échanges commerciaux de l’axe Rhône-Saône-Méditerranée.

Pour s’en faire une idée, il suffit de consulter les chiffres : le Port concentre 70 entreprises. Quant à l’axe Rhône-Saône, il regroupe plus de 220 clients et logisticiens pour un total de 5500 emplois directs.

En 2017, le Port a affiché un transit annuel de 12 millions de marchandises.

Il accueille 700 bateaux et 1680 trains par an, et 3500 camions par jour.

Selon Elisabeth Ayrault, Présidente-Directrice générale de CNR, la marge de progression du Port en termes de trafic est encore immense.

« Le fleuve Rhône recèle un potentiel encore important et largement sous exploité, qui pourrait absorber sans investissement supplémentaire jusqu’à quatre fois son trafic actuel, et le transport fluvial le long du Rhône est un formidable outil pour le développement économique de notre région, pour le transport de marchandises comme pour le tourisme. »

 

II. De nouvelles innovations récentes pour moderniser le Port

Durant ces deux dernières années, d’importants aménagements ont été réalisés afin d’inscrire pleinement le Port dans la transition écologique s’opérant actuellement.

Elisabeth Ayrault abonde en ce sens : « favoriser le report modal, développer le transport fluvial, fait partie à la fois de nos missions historiques et des engagements que nous avons pris à l’occasion de la COP21 lors du sommet Climat et Territoires en juillet 2015. »

On dénombre 3 innovations majeures durant ces deux dernières années :

  • La mise en place en 2016 d’un simulateur de navigation. Cette initiative unique en France reproduit de façon virtuelle le comportement d’un bateau sur le fleuve Rhône selon les conditions météorologiques, le courant, etc… Ce simulateur permet au pilote d’obtenir une préparation optimale et ainsi d’améliorer la sécurité sur le port mais également sur l’axe Rhône-Saône-Méditerranée.

  • La fin de l’année 2016 a vu le lancement de River’Tri, une déchetterie fluviale unique en Europe, symbole de la volonté des pouvoirs publics d’inscrire l’écologie comme l’un des moteurs du site. 

  • 2017 a été l’année de l’électrification du faisceau ferroviaire permettant l’amélioration de la desserte ferroviaire du Port de Lyon.

III. De futurs aménagements de grande envergure inscrivant le Port dans la transition écologique

« Devant les défis de la transition énergétique et environnementale, l’Etat conduit une réflexion stratégique collective sur l’aménagement à moyen terme du port pour soutenir son développement et conforter la place centrale qu’il occupe. Le port doit aussi opérer une mutation et devenir le port des énergies nouvelles et le port pleinement intégré à la ville, ouvert à ses habitants. » affirme Stéphane Bouillon, Préfet du Rhône.

Deux aménagements de grande envergure sont prévus dans un avenir proche, résolument inscrits dans la transition écologique en cours actuellement :

  • Un Hôtel de logistique urbaine de 40 000 m². Ce grand entrepôt connecté visera à rendre la desserte de Lyon plus propre et plus durable en mutualisant la manutention ainsi qu’en optimisant les flux de distribution au cœur de la métropole via le recours aux véhicules propres (électrique, gaz naturel ou hydrogène.) Ce projet s’inscrit dans la perspective de la mise en place d’une Zone de Faible Emission (Z.F.E) dans la Métropole à partir de 2019.

  • A partir de 2019, le début de la construction du Quai des Energies. Il s’agira d’une station multi énergies vertes permettant  aux véhicules de se recharger en carburants alternatifs (hydrogène, électricité 100 % verte, gaz naturel compressé). Ce site sera accessible 24h sur 24h à tout utilisateur, conducteur de poids lourd ou de véhicule particulier.

Un Schéma directeur est d’ores et déjà élaboré à l’horizon 2030-2050 avec la collaboration de l’Etat, de la Région, de la Métropole, des villes de Lyon et de Saint Fons, des Voies Navigables de France et de la CNR pour poser les enjeux à long terme en termes d’Investissements…