Toute l’actualité Lyon Entreprises

«  TLM était une chaîne d’influence, mais pas d’audience. Nous voulons en faire une chaîne d’audience ! Nous visons les 100 000 téléspectateurs quotidiens”. telle est l’ambition de BFM Lyon qui succèdera à TLM le 3 septembre prochain, selon son directeur, Emmanuel Roye. Restera à en faire une chaîne rentable. Pas le plus facile…

 

C’est un dirigeant qui connaît très bien Lyon, Emmanuel Roye à qui Patrick Drahi a confié l’avenir de la nouvelle chaîne lyonnaise, BFM Lyon Métropole.

Son parcours professionnel a en effet été marqué par la capitale des Gaules. Il a dirigé la radio Skyrock à Lyon, puis NRJ pendant quinze ans, installant le siège du réseau à Lyon-Vaise ; mais aussi la chaîne de TV locale, Huit Mont-Blanc

En tant que directeur délégué BFM. Régions, il chapeaute en effet BFM Paris et BFM Lyon.

Démarrage, le 3 septembre

Une première annonce faite lors des petits déjeuners de l’Economie animés par l’ancien député Marc Fraysse : la nouvelle antenne démarrera ses opérations dès le 3 septembre prochain. Le nouveau propriétaire de la chaîne locale lyonnaise a tout misé sur la rédaction.  Celle-ci comprendra 15 journalistes dont deux issus de l’ancienne équipe.

Une équipe conséquente, car » BFM Lyon sera cent pour cent lyonnaise, ce ne sera pas un décrochage de BFM », précise d’emblée le directeur délégué.

Les journalistes travailleront non pas à l’aide d’une plus ou moins lourde caméra, mais d’un smartphone spécial TV posé sur un trépied. ” Pour leur permettre la plus grande autonomie et souplesse “, précise Emmanuel Roye.

Un partenariat a d’ailleurs été signé avec l’ISCPA, L’Ecole de journalisme lyonnaise privée, pour former des JRI ( journalistes reporters d’images) rodés à cette technologie, pour répondre aux besoins de BFM Lyon, mais aussi de la chaîne région de BFM, car le groupe n’entend pas en rester là : il y a quarante chaîne locales en France et elles sont peu nombreuses à gagner de l’argent…

Toute la régie sera en fait installée à Paris.

Même le journaliste en plateau devra faire lui même la régie et s’occuper des cadrages tout en interviewant son interlocuteur.

Un déménagement

Pour ce faire, BFM Lyon va quitter ses locaux de la Part-Dieu pour s’installer face à la patinoire, cours Charlemagne à la Confluence.

Ce qui devrait permettre à BFM Lyon de démarrer avec un chiffre d’affaires similaire à celui de sa devancière, 2 millions d’euros environ.

L’ambition est claire : bénéficier d’entrée d’ un maximum d’audience qu’Emmanuel Roye situe à 100 000 téléspectateurs par jour. Et ce pour attirer le maximum d’annonceurs.

BFM lyon qui a adopté le mot Métropole dans son intitulé bénéficiera aussi de subsides de la Métropole lyonnaise suite à un contrat sur trois ans. Une somme inférieure au chiffre de 600 000 euros qui a circulé, tient à préciser Le directeur délégué de la chaîne locale lyonnaise.

Filiale du Groupe SFR de Patrick Drahi, BFM Lyon va non seulement disposer des  émetteurs déjà installés ur la Métropole, mais aussi dans le Beaujolais et le Nord-Isère, mais surtout de l’appui des opérateurs téléphoniques, et notamment de SFR en premier lieu.

II y aura également une application qui permettra à BFM Lyon de bien surfer sur la nouvelle façon de consommer la TV, sur smarpthone ou iPad.

Côté programme, BFM Lyon va s’inspirer de BFM Paris, lancée il y a trois ans par le groupe.

L’antenne sera ouverte 24 h/24 avec deux plateaux en direct, le matin et le soir.

Craintes sur le marché publicitaire

Il faudra sans doute quelques années pour que BFM Lyon devienne rentable! « Au bout de trois ans d’existence, BFM Paris s’en rapproche », précise néanmoins Emmanuel Roye.

Au cours de son histoire, TLM a été rarement rentable ! C’est la raison pour laquelle, le Progrès qui en a été propriétaire l’avait vendue à un pool d’entrepreneurs.

Une vente qui lui revient comme un boomerang, beaucoup d’éditeurs lyonnais craignent que BFM Lyon, avec son image et sa force de frappe commerciale, ait tendance à assécher dans une certaine mesure le marché publicitaire lyonnais…