Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le marché des travailleurs frontaliers délaissé par les autres banques : la caisse d’Epargne Rhône-Alpes entend accentuer sa présence en Suisse

La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a le vent en poupe : en hausse de 2,7 % , son résultat net a pour la première fois dépassé les 160 millions d’euros. Parmi les contributeurs de ce résultat, outre l’immobilier et l’assurance-vie en grande forme : la Banque du Léman à Genève qui a affiché ses premiers bénéfices l’année dernière.

Il existe 250 000 travailleurs frontaliers qui travaillent en suisse, sont payés en francs suisse et doivent parfois se livrer à une gymnastique complexe pour rapatrier en France leurs salaires. Vu les sommes astronomiques que représentent l’immobilier à Genève et Lausanne, de même, de plus en plus de citoyens suisses acquièrent leur résidence secondaire en France qu’ils doivent financer.

« Certes, c’est un marché de niche, mais très intéressant tout-de-même, explique Michel Manent, président du conseil de surveillance et d’orientation de la banque régionale qui a son siège dans la tour Incity à Lyon.

Depuis novembre 2018, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a  un nouveau président,  Alain Denisot qui a succédé à Stéphanie Paix qui a pris du galon au sein de la BPCE à Paris. C’est cette dernière qui au cours de son mandat a décidé de sauter le pas et de s’installer à Genève. Par chance, le nom de « Banque du Léman » n’était pas déposé.

Un bon choix. La Banque alémanique qui a ouvert ses portes il y a quatre ans, a déjà affiché son premier bénéfice l’année dernière. Et a même aussi ouvert une succursale à Lausanne « plutôt dédiée aux entreprises ».

650 millions d’euros

Elle affiche déjà 7 000 clients particuliers et travaille avec 150 entreprises, des filiales de groupes français, mais aussi des sociétés locales.

Son produit net bancaire a atteint les 11,2 millions d’euros, en hausse de 50 %, tandis que son portefeuille de crédit dépassait les 650 millions d’euros.

Vu ce premier succès, d’autres implantations hélvètes pourraient suivre.

« Une partie de notre avenir est en Suisse : nous y avons un important potentiel de développement », précise Michel Manent.

De la sorte, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes joue quelque peu les éclaireurs d’un groupe encore très franco-français et qui lorgne de plus en plus l’international.

Rachat de la Banque Auchan

Le groupe Caisse d’Epargne qui regroupe les 15 Caisses de l’Hexagone a ainsi acquis 50,1 % du capital d’Oney,  la Banque Auchan qui est présente dans onze pays européens.

Pour la Caisse d’Epargne Rhone-Alpes, qui continue à croître sur son vaste territoire composé de cinq départements, la Suisse   recèle donc avec d’autres, un vrai potentiel de croissance.

Parmi les points forts  de l’année 2018, d’ailleurs ; l’assurance-vie dont l’activité commerciale a été multipliée par trois l’année dernière par rapport à 2017, ainsi que les activités de banque-assurance en hausse de + 3,1 %.

L’augmentation globale des revenus d’assurances s’est ainsi établie à 4,7 %.

Pour mener à bien son projet stratégique 2018/2020, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a aussi opéré une augmentation de capital de 150 millions d’euros, illustration d’une volonté de développement revendiquée.