Toute l’actualité Lyon Entreprises

” Les auto-entrepreneurs sont en grande difficulté économique et…en colère “

La colère monte du côté des indépendants, prévient la Fédération des autoentrepreneurs, qui vient de réaliser une 5ème enquête de conjoncture et tire le signal d’alarme quant au redémarrage économique qui ne vient pas. 150 000 micro-entreprises pourraient disparaître, s’alarme Grégoire Leclercq, président de la Fédération Nationale des auto-entrepreneurs :

“ 800 000 auto-entrepreneurs sont aujourd’hui privés du fonds de solidarité et ce, depuis le 1er juillet. Des milliers d’indépendants se trouvent désormais au bord de la faillite.

Si les pouvoirs publics ne réagissent pas, les défaillances d’entreprises seront très importantes sur la fin 2020 et début 2021.

Certes, les aides offertes au printemps ont permis de maintenir à flot de nombreuses structures, mais le redémarrage ne s’est pas fait dans les conditions espérées : 69 % des micro-entrepreneurs ont repris avec un niveau d’activité faible ne leur permettant ni de survivre à court terme, ni même de faire face aux cotisations appelées dans les mois qui viennent/

Le fonds de solidarité est devenu le privilège d’un petit nombre d’entre eux (9 % en bénéficient actuellement) quand 67 % sont en dessous de la barre des 50 % de chiffre d’affaire habituel et que 69 % estiment en avoir besoin.

La Fédération des auto-entrepreneurs a tenu à réagir en rencontrant personnellement Monsieur Alain Griset la semaine dernière. Une rencontre qui semble être restée sans suite…

Elle a également lancé une campagne de portraits vidéos d’auto-entrepreneurs concernés. Les exemples sont révoltants : nous avons le cas de Danielle, 60 ans, artisan depuis 20 ans qui se retrouve au RSA, ou celui d’Axelle, praticienne en hypnose, dont le chiffre d’affaires a fondu de 80 %. Ou encore Fanny, directrice de projet dans l’événementiel, qui vit une situation évocatrice : le secteur est théoriquement aidé mais elle n’est pas éligible au fonds de solidarité !

La Fédération maintient que 250 000 micro-entreprises pourraient disparaître à court terme si le fonds de solidarité n’est pas ré-ouvert à toutes les activités, avec effet rétroactif au 1er septembre.

Le contexte est très inquiétant et toute la communauté des auto-entrepreneurs laisse désormais entendre sa grogne. Les pouvoirs publics sont invités à réagir avec responsabilité dans cette crise économique qui s’amorce.”