Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP

Il suffit d’observer le large sourire qu’arbore ces derniers temps Jean-Michel Aulas. Toutes les planètes sont actuellement alignées pour l’Olympique Lyonnais. Actuellement deuxième du championnat de L1, l’équipe masculine a de bonnes chances de terminer à la seconde place du podium, ce qui serait synonyme de Ligue des Champions, avec les retombées financières que cela implique ; tandis que les féminines font encore mieux en se hissant jusqu’à la finale de l’UEFA Women Champion’s Ligue qui se déroulera le 24 mai prochain à Kiev en Ukraine contre Wolsburg.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, les comptes de l’OL pour les neuf premiers mois de l’exercice 2017/2018 s’avèrent aussi excellents. Voire même au-delà des espoirs.

Le chiffre d’affaires du club de football s’affiche en effet à 187,7 millions d’euros contre 153,5 millions d’euros, lors de l’exercice précédent, soit une hausse de 22 %.

On y trouve l’effet Grand Stade, certes, les partenariats, les droits TV, la vente de maillots et autres produits dérivés, etc ; mais à cette aune,ce produit des activités seules affiche un recul de 20 % à 122 millions d’euros.

En fait, ce qui explique cette forte hausse du chiffre d’affaires est le retour du Club à une de ses activités favorites, ce qui fait son modèle économique : la vente de joueurs. Ce n’est pas pour rien que l’OL est réputé pur avoir l’un des meilleurs centres de formation d’Europe. Parmi ces cessions de joueurs, celle d’Alexandre Lacazette en juillet dernier, parti pour le club d’Arsenal (photo) pour… 60 millions d’euros, un record. Une bonne opération pour l’OL comme pour lui-même puisqu’il a été accueilli par les Gunners avec le meilleur salaire de l’équipe britannique…

Ceci explique en grande partie les 65,5 millions d’euros de cessions de joueurs contre…1,6 million lors de l’exercice précédent.

A noter également le fort accroissement de l’activité événements qui connaît une hausse de 42 %, à l’instar du concert de Céline Dion en juillet dernier et le match de rugby France/All Blacks en nombre 2017. Les séminaires d’entreprises et autres conventions d’affaires sont aussi en nette hausse.

En fonction de toutes ces bonnes nouvelles, comment se comporte l’action OL Group ?

Elle vient de franchir la barre des 3 euros, en hausse de 8 % depuis le début de l’année et de 14 % sur un an (+ 48 % sur cinq ans). On est encore très, très loin du cours d’introduction en Bourse (24 euros !) ; mais on s’y rapproche…tout doucement.