Toute l’actualité Lyon Entreprises

La Strasbourgeoise ULS choisie : la livraison fluviale au cœur de Lyon dès l’année prochaine
Peu de villes sont dans ce cas. Lyon a la particularité d’avoir deux fleuves qui se croisent au cœur de la Ville. Une opportunité pour le transport de marchandises dite du “dernier kilomètre” qui n’avait jamais encore été exploitée. La Compagnie Nationale du Rhône et Voies Navigables de France ont fait appel à la société ULS pour tester une livraison douce à partir des deux fleuves.

Pourquoi ne pas utiliser cette caractéristique pour disposer d’un service de livraisons composée d’un bateau comme moyen de transport, complété à quai par des vélos cargo électriques ?

Telle est la démarche qu’ont entrepris en commun Voies Navigables de France (VNF et la Compagnie Nationale du Rhône) qui dans cet esprit ont lancé un appel à projet.

Les deux organismes viennent de retenir la candidature de la société strasbourgeoise ULS (Urban Logistic Solutions) qui dès l’année prochaine va mettre en circulation un bateau avec des vélos cargo électriques.

Dès le début de l’année prochaine, un bateau de ULS, pouvant transporter jusqu’à 40 tonnes l’équivalent de 50 camionnettes naviguera entre le pont Morand et le port Edouard-Herriot.

Il effectuera une rotation six jours sur sept, cinq vélos électriques seront également mis en mouvement pour opérer la distribution.

Au retour le bateau, reviendra ensuite au port avec des déchets valorisables, tels que papiers et cartons, par exemple.

L’objectif est ambitieux : démarrer avec 8 000 tonnes par an, pour commencer, pour atteindre jusqu’à 50 000 tonnes transportés par année d’ici 2031.

ULS occupera un emplacement au port Edouard-Herriot et un autre au pont Morand.

Le démarrage de l’activité dès le 1er trimestre 2022

Le démarrage de son activité est prévu au premier trimestre 2022 pour une durée de dix ans, régie par une convention d’occupation temporaire.

La CNR précise que l’implantation d’ULS à Lyon renforcera l’offre fluviale pour le futur Hôtel de Logistique Urbaine (HLU) qui sera prochainement basé au port Edouard Herriot.

ULS ne sera pas seul à opérer ce service : “Pour deux autres emplacements prévus aux ponts Lafayette et Wilson, VNF poursuit ses échanges avec différents candidats déclarés en vue d’une attribution en fin d’année”, précise la l’organisme fluvial.

Au cours des prochaines années”, ce service a pour vocation de se renforcer progressivement avec des bateaux pouvant emporter jusqu’à jusqu’à 122 tonnes, soit l’équivalent de 150 camionnettes : deux rotations par jour seront effectuées, pour un objectif de 50 000 tonnes annuelles à un horizon de dix ans.

Il s’agit de pouvoir “décongestionner les axes routiers saturés et de répondre aux nouvelles exigences environnementales de réduction des pollutions au sein des grandes agglomérations”, tablent VNF et la CNR.

On se demande d’ailleurs pourquoi on n’y a pas pensé plus tôt…

Photo (VNF)-La société alsacienne ULS a déjà développé ce type de transport mêlant bateau et vélos cargo à Strasbourg, son port d’attache.