Toute l’actualité Lyon Entreprises

premier hub en santé vétérinaire

Le premier HUB mondial en Santé Publique Vétérinaire (Lyon Veterinary Public Health initiative), a été officiellement lancé ce mardi 14 janvier à Lyon. Avec la création de son HUB VPH, Lyon et sa région s’imposent ainsi comme le territoire de référence en Santé Publique vétérinaire. Une initiative publique-privée exemplaire.

Un consortium d’acteurs en santé publique vétérinaire…

Historiquement, Lyon est largement en pointe dans le domaine. Deux siècles et demi après la création de la première école vétérinaire dans le monde, la Métropole continue d’innover. Lancé le 14 janvier, le HUB VPH (Lyon Veterinary Public Health initiative), se veut le premier hub mondial en santé publique vétérinaire. En effet, il s’agit d’ un projet initié depuis plusieurs mois à travers une démarche  collective de réflexion et d’actions en santé Publique Vétérinaire.

À l’origine, neuf acteurs régionaux publics et privés : Aderly, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Bioaster, Boehringer Ingelheim, l’Institut Mérieux, Lyonbiopôle, la Métropole de Lyon, l’Université de Lyon et VetAgro Sup. Puis, deux partenaires associés : l’Inrae et l’Anses. Selon Emmanuelle Soubeyran, directrice générale de l’école vétérinaire VetAgro Sup et porte-parole de ce Hub VPH :

 

Effectivement, 60 % des maladies infectieuses chez l’homme sont d’origine animale et l’impact économique des épizooties a été évalué à plus de 200 milliards de dollars dans le monde pour les années 1995-2008.

En favorisant les échanges, en développant une recherche de pointe, en élaborant des solutions de rupture, nous contribuerons à répondre aux enjeux majeurs de santé publique liés aux grandes épidémies animales à l’échelle mondiale  ” ajoute-t-elle.

…Avec un mode de fonctionnement agile

Plutôt que de construire une nouvelle structure, les partenaires ont décidé de créer un HUB qui se veut avant tout agile, collaboratif et transversal. Aussi, les modalités de fonctionnement du HUB VPH sont encadrées par une convention signée par l’ensemble des partenaires fondateurs.

Pour Florence Agostino-Etchetto, directrice générale du pôle de compétitivité santé Lyonbiopôle, l’objectif est de renforcer les dynamiques de collaboration entre acteurs, de définir une vision stratégique commune en lien avec le tissu régional et de développer l’attractivité du territoire.

« Dans l’esprit d’un effort collectif, chacun des partenaires s’engage à assurer le pilotage, la coordination et la communication du HUB en tenant compte de ses capacités et contrainte », poursuit Erick Lelouche, président de Boehringer Ingelheim France.

Par ailleurs, en ce qui concerne les conditions financières et humaines, elles seront définies pour chacune des actions et feront l’objet de conventions particulières.

… Visant à créer une charte industrielle et de recherche…

Dans un premier temps, Le HUB VPH a initié la création d’une chaire industrielle d’enseignement et de recherche en Santé Publique Vétérinaire labellisée (IDEX). Portée par Boehringer Ingelheim, le CNRS, l’Université Claude Bernard de Lyon et VetAgro Sup. Pour Erick Lelouche, président de Boehringer, cette initiative vise à promouvoir la santé publique vétérinaire par la mise en place d’une formation interdisciplinaire pour des publics internationaux.

Puis, son financement devrait mobiliser un budget d’1,2 million d’euros, principalement assuré par Boehringer Ingelheim et par l’université de Lyon, pour 500 000 euros chacun. Le CNRS et VetAgro Sup apportant 100.000 euros chacun.

En outre, le HUB VPH travaille d’ores et déjà au recrutement du responsable de la chaire, et lancera son Master international à l’horizon 2022 / 2023, avec un objectif à terme, de faire de Lyon, le lieu de formation à l’international des décideurs en matière de Santé Publique Vétérinaire. Pour Erick Lelouche :

…Pour faire de Lyon, un centre de référence en Santé Publique Vétérinaire

Tout d’abord, le programme initié par le PUB VPH, permet de renforcer l’attractivité du territoire en favorisant l’implantation de  PME en croissance et de start-ups innovantes, en favorisant les collaborations entre les différents acteurs du secteur, et en faisant rayonner le territoire au niveau national et international, explique Erick Lelouche.

Ensuite, il permet d’encourager l’apprentissage et la formation professionnelle afin de satisfaire aux enjeux des entreprises du secteur qui peinent, sur certains métiers, à recruter. Dans ce cadre, un projet pilote est lancé pour répondre notamment aux besoins de recrutement de techniciens spécialisés en bioproduction pour le futur site de vaccins vétérinaires du groupe Boehringer Ingelheim à Lyon Jonage dont la mise en service est prévue en 2022, ajoute son président.

 

Enfin, d’autres initiatives, comme l’organisation d’une grande conférence internationale autour de la santé vétérinaire en 2021, sont également à l’ordre du jour.