Toute l’actualité Lyon Entreprises

 Après moult péripéties, le musée des Tissus de Lyon sera bien sauvé. On se souvient qu’en fin d’année dernière, Laurent Wauquiez s’était présenté comme le sauveur de ce fleuron lyonnais en mettant 22 millions d’euros sur la table. Il est passé de la parole aux actes jeudi 1er février en mettant en place, avec des partenaires, la structure de gouvernance chargée d’acquérir le musée, puis de mener les travaux ; puis enfin, de transformer ce sauvetage en projet. C’est ce même Laurent Wauquiez qui déroulera le fil de l’avenir du musée, en tant que président…

Et si le sauvetage du Musée des Tissus de Lyon constituait l’opportunité de construire quelque chose de totalement nouveau permettant de propulser ce musée dans le 21ème siècle. Et ce, en s’appuyant sur ses collections, son personnel, mais aussi les entreprises.

Tel était jeudi 1er février le message délivré par le tout nouveau président de la structure provisoire de gouvernance du musée : Laurent Wauquiez.

Pour l’heure c’est une association de préfiguration du Musée des Tissus qui a vu le jour, jeudi 1er février, demain ce sera un GIP (Groupement d’Intérêt Public), la nouvelle structure juridique des musées. La CCI Lyon Métropole cédera alors le Musée à la Région pour un euro symbolique…

Laurent Wauquiez est le président de la nouvelle structure de gestion, entouré d’une vice-présidente, Florence Verney-Carron, vice-présidente de la Culture de la Région ; du trésorier, Grégoire Giraud, vice- président d’Unitex qui rassemble les entreprises textiles de la région ; et d’un secrétaire, Emmanuel Imberton, président de la CCI Lyon-Métropole. Etienne Blanc, 1er vice-président de la Région fait également partie du conseil d’administration de cette association.

Un comité d’honneur présidé par Stéphane Bern

On trouvera également autour du nouveau musée des Tissus un comité scientifique, mais aussi un comité d’honneur présidé par l’animateur TV bien connu Stéphane Bern, un Lyonnais qui s’était fortement engagé pour sauver le musée. Une structure au sein duquel on trouve tous ceux qui ont milité pour le sauvetage du musée, dont l’homme à l’origine de la pétition lancée pour le sauvetage et qui, rappelons-le à recueilli…135 000 signatures !

 Le calendrier a également été défini.

D’abord recueillir de l’argent.

Un fonds de dotation a été créé à cet effet, à la Préfecture du Rhône. Il est destiné à accueillir l’argent émanant du lancement prochain d’un fonds participatif qui sera choisi dans les prochains jours.L’objectif de la nouvelle équipe est de lancer la campagne de levée de fonds à partir du lundi 12 mars. Les 135 000 signataires de la pétition en faveur du sauvetage du Muée des Tissus sont les bienvenus !

Pour sa part, Unitex a déjà mis au pot un million d’euros.

La CCI s’est engagée à accompagner le mouvement en mettant, de son côté, sur la table 500 000 euros.

Mais c’est Laurent Wauquiez qui a déposé le plus gros chèque : 22 millions d’euros. Si nécessaire, la Région mettra la totalité de cette somme à disposition du projet du musée. L’idée est tout-de-même de diminuer la valeur de ce chèque, les apports des mécènes et du crowdfunding arrivant en déduction de ce fonds qui a pour rôle d’assurer quoi qu’il arrive l’avenir du Musée.

Il s’agira ensuite de lancer les travaux de rénovation du musée qui pourraient être engagés, selon Laurent Wauquiez d’ici la fin de cette année. Mais avant, il faudra arrêter un projet muséographique qui donnera lieu à une étude préalable au lancement des travaux.

Il aimerait bien qu’ils ne durent pas plus d’un an et demi pour inaugurer le nouvel ensemble avec « une première grande exposition en septembre 2020. »

Mais avant, il faudra établir -ce sera le rôle du comité scientifique qui sera présidé par Sophie Makariou, présidente du Musée Guimet à Paris- un vrai projet de développement du musée dont Emmanuel Imberton esquissa les grandes lignes : « Nous voulons que ce Musée devienne un lieu d’exposition unique, un centre de référence sur les métiers d’arts et de restauration des textiles précieux et un écrin pour des manifestations culturelles et événementielles au cœur de Lyon… »

Deux directeurs à embaucher

Il faudra également embaucher un nouveau directeur général, ainsi qu’un directeur scientifique.

On l’aura compris, fidèle à ses habitudes, Laurent Wauquiez veut aller vite. Ayant toutes les cartes en main, ainsi que la détention des cordons de la Bourse, ce ne devrait pas être trop difficile.

 En tout cas la CCI perd un fardeau financier, mais reste associé à l’avenir du musée. Emmanuel Imberton est non sans mal, mais avec patience et ténacité, arrivé à ses fins…

Centre de préférences de confidentialité