Toute l’actualité Lyon Entreprises

Attirant 1 800 participants, la 4ème édition issus de l’écosystème Web lyonnais qui s’est déroulée au Palais des congrès de la Cité internationale à Lyon a aussi constitué un état des lieux : développement de la formation, même si elle est encore insuffisante, désignation d’ici trois semaines d’un opérateur pour le lieu Totem du Web lyonnais, annonce d’Assises du Numérique par la Région, 2ème édition du WWW à Lyon, en 2018… : la fusée Web reste sur une bonne trajectoire.

C’est le congrès mondial du Web en 2012 pour la première fois à Lyon, le « WWW 2012 » qui avait été l’élément déclencheur. Réalisée dans l’enthousiasme et la fébrilité, cette manifestation qui avait attiré à Lyon les plus grandes stars mondiales de la Toile a vite donné des idées à l’écosystème lyonnais.

 Ainsi est né, l’année suivante, le Blend Web Mix, à l’initiative de la « Cuisine du Web », l’association aiguillon des professionnels du Web qui chaque année prend un peu plus d’ampleur.

 Pour sa quatrième édition qui s’est déroulée les 2 et 3 novembre au Palais des congrès de la Cité internationale à Lyon, 1 800 participants sont venus écouter 98 intervenants dans cette manifestation hors norme qui veut mixer les disciplines de la Toile. Le Web est de plus en plus transverse.

 De la philosophie, aussi…

 De la technique, du design, de la réflexion, du business, mais aussi cette année, de la philosophie avec le philosophe Gaspard Koenig, venu parler Big data.

 Mais le « Blend », selon son diminutif, c’est aussi un lieu de recrutement pour ceux qui veulent intégrer ce métier, mais encore un lieu de concours, à travers un hackathon, voire aussi un lieu de financement pour les start-up du Web à travers des rencontres avec les investisseurs.

 Le tout dans une ambiance festive, marque de fabrique du « Blend ». « On travaille beaucoup, c’est la raison pour laquelle il nous faut aussi compenser… », explique Guilhem Bertholet, vice-président de la « Cuisine du Web ».

 Mais le Blend 2016 a aussi constitué le point de cristallisation d’un écosystème en évolution permanente. On a ainsi appris que l’opérateur chargé d’édifier et de prendre en charge le futur lieu Totem du Web dans le quartier de la Confluence, allait être désigné d’ici trois semaines.

 Le retour de la grand messe du Web à Lyon

 Autre confirmation, le retour, en 2018 de la grand messe mondiale du Web : WWW à Lyon : ce sera la première fois qu’une telle manifestation est organisée deux fois dans la même ville.

 Lyon l’a emporté cette fois devant Ljubljana en Slovénie et Istanbul en Turquie. Et on peut sans difficulté imaginer qu’à l’aune de l’expérience, Lyon saura sans doute beaucoup plus retirer de bénéfices de ce Sommet Mondial du Web que la première fois.

 On y a enfin appris que le Conseil régional s’apprêtait, en préfiguration de sa future Université du Web à Charbonnières, à créer une grande journée Web, l’année prochaine, sous la forme d’Assises du Numérique.

 Laurent Wauquiez et Juliette Jarry, sa vice-présidente au Numérique souhaitent lancer cet événement en janvier pour fédérer les acteurs du numérique de la Région avant d’ouvrir un campus à la rentrée 2017.

 On l’aura compris, la planète Web est en ébullition permanente. On comprend mieux dés lors , comme cela a été rappelé lors du Blend qui a consacré une conférence à ce sujet, pourquoi les entreprises du Web ont de plus en plus de mal à trouver des talents.

 Le seul obstacle qui freine l’essor en cours ! Et pourtant, les formations ne cessent de s’ajouter les une aux autres. En témoigne l’ouverture en cette rentrée d’une nouvelle école à Lyon : Wild Code School. On estime qu’au cours des quatre prochaines années, l’Europe aura besoin de 900 000 professionnels sachant coder…