Toute l’actualité Lyon Entreprises

Porte-des-Alpes recherche projets désespérément !
Dévoilé en grande pompe en novembre 2018, le projet de reconversion de Porte-des-Alpes ne verra pas le jour. La galerie marchande devait s’étendre par un nouveau bâtiment circulaire en lieu et place d’Ikea (parti à Vénissieux), surmonté d’une ferme urbaine, et abriter une cinquantaine de boutiques. À la place de Leroy Merlin (qui va aussi partir à Vénissieux), étaient envisagées quatre moyennes surfaces. Une éternité s’est déroulée depuis cette présentation.

Le mouvement des Gilets jaunes a fait baisser la fréquentation des centres commerciaux. Le confinement et la poursuite de la crise sanitaire ont réduit encore leur activité. Les aléas du chantier de Leroy Merlin à Vénissieux retardent le déménagement du magasin de bricolage. Et il y a “les hésitations des enseignes pressenties, notamment parce que le nouveau centre était sur deux niveaux”, selon François Roux, chef de projet chez Ceetrus, la foncière d’Auchan. Le nouvel exécutif métropolitain n’est pas non plus particulièrement favorable aux extensions de centres commerciaux…

On a rebattu les cartes en réinterprétant le site sans considérer que la clé d’entrée était le commerce”, explique le professionnel. D’où un appel à projets pour un tiers-lieu (avec pour date limite le 13 novembre) qui prendrait la place d’Ikea (18 000 m2 exploitables), avec 850 places de stationnement à disposition.

Les candidats sont priés d’avoir beaucoup d’imagination. François Roux rêve d’un théâtre, d’un lieu d’exposition, de concerts. Créateurs, artisans, associations locales et entreprises de l’économie sociale et solidaire sont les bienvenus, le commerce n’est pas exclu non plus. “Ce sera un patchwork, un écosystème, pas une mono-activité”, affirme François Roux.

Concernant le bâti, la coque bleue ne sera pas démolie, des travaux de remise aux normes seront conduits par le bailleur et des aménagements intérieurs seront nécessairement faits. Les charges s’élèvent à 40 euros par mètre carré et par an. “On pourra à terme faire de l’élévation en ajoutant un ou deux niveaux de bureaux supplémentaires”, précise François Roux. Une fois occupé, le site pourrait être cédé à un investisseur. Une partie du parking pourrait être dévolue à de l’agriculture urbaine.


NOUVEAU LYON #44

 

  • La fin des tours à Lyon ?
  • Le projet en sursis d’une tour de 215 mètres de haut
  • Bureaux : tous les gros projets de 2021
  • Ville : Rillieux, la Ville Nouvelle
  • Entretien avec Alexandre Vincendet
  • Débat : une régie publique pour l’eau ?

 

Abonnez-vous !

 


Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail