Toute l’actualité Lyon Entreprises

Premier faux pas du spécialiste auralpin de l’hydrogène McPhy en Bourse : – 42 % !

C’était l’une des plus belles progressions boursières de l’année 2020. L’entreprise avait réussi à engranger millions d’euros lors de son introduction en Bourse. Son dernier communiqué annonçant une croissance “limitée” de son chiffre d’affaires cette année, alors que l’on s’attendait à un grand bond, puis la dégradation par un analyste à fait fortement chuter la société drômoise qui perd 42 % à 19 euros, dans un marché boursier pourtant euphorique…

 

 C’est peu de dire que le marché a peu apprécié les deux mots qui accompagnaient le dernier communiqué de la société drômoise McPhy, l’une des sociétés les plus en vue en matière de développement de l’hydrogène.

Le groupe a en effet prévenu qu’il risquait de ne connaître qu’une croissance “limitée” de son chiffre d’affaires cette année, après un premier semestre a priori en repli.

La raison de cette “progression limitée “ tiennent semble-t-il pour une bonne part à la pandémie.

“Les prises de commandes fermes et l’exécution des projets tardent à se matérialiser compte tenu notamment du contexte sanitaire mondial et des restrictions y afférentes, et de l’attentisme de certains acteurs économiques dépendant de mécanismes de financement publics”, explique ainsi la direction de McPhy.

Plus ennuyeux pour l’entreprise le chiffre d’affaires du premier semestre pourrait même s’afficher en repli par rapport aux 5,4 millions d’euros des six premiers mois de 2020, puisqu’il devrait s’établir “au-dessus de 5 millions d’euros” pour la période close fin juin.

McPhy constate en effet “ des retards dans l’exécution de ses projets, ainsi que dans les prises de commandes fermes, ces dernières tardant à se matérialiser compte-tenu notamment du contexte sanitaire mondial, des restrictions y afférentes, et de l’attentisme de certains acteurs économiques dépendant de mécanismes de financement publics”.

Les ennuis ne venant jamais seuls, McPhy a vu aussi lui échapper un marché important en début d’année, celui de la fourniture des électrolyseurs de la première usine d’hydrogène “vert” française que la société H2V alliée à Air Liquide vont édifier à Port-Jérôme-sur-Seine.

C’est l’Allemand Siemens Energy qui a emporté la mise pour l’équipement de ce site d’une puissance totale de 200 mégawatts en Seine-Maritime, susceptible d’entrer en service d’ici 2023.

Au bilan en deux phases, d’abord, via le communiqué, puis suite à la dégradation par un analyste financier, le titre plonge de 42 % à 19 euros. La jolie saga McPhy qui a connu l’année dernière une croissance de son cours de Bourse de près de 500 % connaît un coup d’arrêt.

Reste que, malgré ces aléas, les fondamentaux de McPhy sont toujours là. Et devraient finir par s’exprimer en termes de chiffre d’affaires.

De la sorte, la direction en manque pas de réitérer “sa confiance dans les perspectives de croissance à moyen et long terme de ses marchés” tout en promettant de rester focalisé sur “l’industrialisation de ses capacités de production et l’accélération de ses développements technologiques dans l’hydrogène zéro-carbone”.

Rappelons que McPhy doit construire une giga-factory à Blefort.

Photo-Pascal Mauberger, Pdg de McPhy

La valeur de la semaine-Le drômois McPhy s’envole en Bourse : un futur grand de l’hydrogène ?