Toute l’actualité Lyon Entreprises

Mercredi Georges Képénékian, maire de Lyon, Michel Prosic, directeur régional des affaires culturelles de la région Auvergne-Rhône-Alpes et Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse revenaient sur le nouveau projet des Ateliers de la Danse qui devait initialement ouvrir ses portes en 2020. Cette plateforme de création donnera une nouvelle vie au Musée Guimet et ne verra le jour qu’en 2021.

D’un Musée des religions aux Ateliers de la Danse

Depuis la fin du 19e siècle, le Musée Guimet n’a cessé d’être transformé. D’abord un Musée des religions puis un Palais des Glaces avec une patrimoine. Et enfin un Museum d’Histoire Naturelle, le Musée du boulevard des Belges avait définitivement fermé ses portes en 2007. Aujourd’hui une nouvelle reconversion est imaginée avec les Ateliers de la danse

Un nouvel équipement de la Maison de la Danse

Les Ateliers de la Danse verront le jour en 2021. Véritable pôle de production et de création chorégraphique, c’est “un outil indispensable pour la Maison de la Danse” selon Dominique Hervieu.

Initialement pensé en laboratoire pour la recherche chorégraphique, le projet a évolué et fonctionnera comme une plateforme collaborative. “Les artistes pourront poser leurs valises ici et créer de nouvelles oeuvres. Il y aura des temps forts sous forme de spectacles.Deux studios seront destinés aux professionnels mais aussi aux amateurs. il y aura de la danse mais aussi des arts du cirque” poursuit la directrice de la Maison de la Danse.

Selon Georges Képénékian, Lyon “avait besoin d’un lieu qui soit emblématique, un lieu de création qui dit que la ville veut laisser une vraie place à la Danse”.

L’archéologie et la danse sous le même toit

Lier la culture et la mémoire était l’un des éléments phares lors de la conception de rénovation du lieu. Les architectes Pierre Hebbelinck, Heleen Hart et Mathieu Berteloot souhaitaient pouvoir “associer l’archéologie et la danse”. Le Musée Guimet sera alors retravaillé en quatre grandes parties.

D’abord avec la rotonde qui deviendra le lieu d’accueil pour les spectateurs.

Au rez-de-chaussé la grande salle sera dédiée à la création et aux représentations. La verrière sera entièrement restaurée. 

Des gradins mobiles offriront une dizaine de possibilités d’aménagement de l’espace et l’accueil de 500 personnes assises en configuration spectacle et 1000 personnes debout en configuration salle de bal. 

A l’étage, deux studios d’environ 250 à 300 m2 chacun, serviront de salle d’échauffement et de création aux professionnels ainsi qu’aux amateurs.

La restitution du passé

La danse n’est pas la seule à avoir sa place aux futurs Ateliers de la Danse puisqu’au sous-sol du Musée Guimet s’installera le service d’archéologie de la ville. “Il y aura une réserve du mobilier archéologique non muséable, des espaces de salle d’étude avec des bureaux et une bibliothèque” explique Anne Pariente, directrice du Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL). 

Le SAVL souhaite “développer son activité de médiation de l’archéologie par rapport au scolaire”. Un accueil du public pourra donc être organisé à l’ouverture des Atelier de la Danse.

Le soutien de l’Etat dans le projet 

Le coût du projet des Ateliers de la Danse s’élève à 26 millions d’euros TTC. La Ville de Lyon participe à ce financement à hauteur de 15 millions HT et la région 1 million HT. L’Etat participe également au financement du projet en apportant 4,5 millions d’euros HT. Pour Michel Prosic le “rôle de l’Etat est de soutenir la création artistique en accompagnant le projet. Lyon va devenir la capitale mondiale de l’art chorégraphique et c’est une prise de risque artistique qui permettra de révéler les talents de demain”. 

En attendant l’ouverture définitive du site en 2021, la Biennale de la Danse propose jusqu’au 30 septembre un spectacle de yoann Bourgeois. D’autres événements comme celui-ci “seront organisés autour du lieu jusqu’à l’ouverture” a promis le maire.