Toute l’actualité Lyon Entreprises

A l’heure où la finance pure a mauvaise presse, c’est un nouveau modèle que Bertrand Rambaud, le président de la société de capital-investissement lyonnaise Siparex veut engager.

Son métier est d’accompagner financiérement des sociétés non cotées, belles PME ou ETI prometteuses, mais pas que…

 Ses équipes s’engagent déjà dans un dialogue qui se veut permanent avec les chefs d’entreprise. Mais pour Bertrand Rambaud, ce n’est pas encore suffisant.

Certes, pour lui « le capital-investissement s’est durablement inscrit comme un élément majeur du financement de l’économie. Mais désormais, face à une économie qui voit ses modèles bouleversés et la concurrence s’accroître, nous devons, comme acteurs, marquer notre différence… »

 Et pour lui, cela passe par « moins de financiarisation et une implication plus importante dans le suivi des portefeuilles pour créer de la valeur : la génération de croissance est désormais la principale raison d’être du capital-investissement ! »

Et d’ajouter : « En permettant à l’entreprise de générer une croissance de 15 %, c’est ce que nous visons, en moyenne par an, celle-ci peut doubler de taille très vite ! »

Et pour générer cette croissance les équipes de Siparex sont décidées à mettre la main à la pâte en mettant des ressources-maison à disposition des entreprises.

Deux recrutements en business-développement

« Des ressources ont déjà été mises en place pour accompagner leur transformation numérique, avec un bilan très positif en 2018. Nous allons aller encore plus loin en matière de business développement avec deux recrutements prévus », précise le patron de Siparex.

Siparex renforce ainsi sa plateforme avec de nouvelles ressources.

Dans le même temps, la société lyonnaise s’engage parallèlement dans une démarche ESG (environnement, social, gouvernance), le pendant de la RES, (responsabilité sociétale de l’entreprise) pour les sociétés financières ; et ce, précise Bertrand Rambaud, « afin d’inciter nos participations à entrer dans une démarche de progrès et de créer de la valeur ».

 Cette démarche déjà engagée et qui s’accentue s’avère plutôt bénéfique question business, si l’on en croit les résultats de la société pour 2018.

 Les cinq lignes de métiers de Siparex (ETI, Midcap, Entrepreneurs, Innovation et Mezzanine) ont toutes connues une belle croissance combinant 235 millions d’euros d’investissements (+ 15 %) et 260 millions de cessions, un record.

 Lors du précédent exercice, ces cessions n’avaient été « que » de 213 millions d’euros, ce qui représente donc un bond de 25 % pour un multiple moyen, plutôt confortable de x2,5.

Parmi les nombreuses sorties opérées par Siparex, on peut citer le groupe de voyages Marietton, le Lyonnais est désormais leader français du secteur ; ou le voyagiste en ligne Evaneos ; voire encore le VTC chic, Chauffeur Privé. 

300 millions d’euros de levées de fonds

Parallèlement, le groupe a réalisé 300 millions d’euros de levées de fonds.

 Désormais, les actifs sous gestion de Siparex qui a désormais 260 sociétés en portefeuille, atteignent les 2 milliards d’euros. Ce qui représente, si l’on additionne les salariés des entreprises au sein desquelles Siparex a investi, près de 50 000 personnes.

 Quid de 2019 ? Sans surprise, Bertrand Rambaud voit l’année qui débute, « incertaine ».

 Pour lui, les deux directions qu’entend suivre la société lyonnaise qui compte une centaine de collaborateurs, sont « la volonté d’élargir notre offre de financement, tout en sortant encore plus de nos frontières… »