Toute l’actualité Lyon Entreprises

Suite à la décision de la Cour de Justice Européenne : les magasins de CBD (cannabis light légal) se multiplient à Lyon

A Lyon, ils poussent actuellement comme des champignons, d’aucuns diraient hallucinogènes, mais ce n’est pas le cas car ils vendent du cannabis très “light” avec un taux de THC (la substance active psychotrope qui légalement ne dépasse pas 0,2 %, à comparer avec un taux moyen de THC du produit drogue lui-même qui est de l’ordre de 10 %).

Ces nouveaux magasins intitulés CBD (abréviation de cannabidiol, une des substances actives), portent souvent des noms exotiques : Hemp Concept ou Frenchy Freeze, voire Nativus France, une petite chaîne née à Lyon qui a déjà ouvert des succursales à Saint-Etienne et Roanne ; ou encore tout simplement CBD shop.

Sur leurs rayons, on trouve des l’infusions, des cosmétiques et fleurs de cannabis « 100 % légal », etc. comme indiqué en général sur leur devanture.

Si ces magasins peuvent ainsi prospérer en toute quiétude, c’est qu’ils ne sont pas considérés comme de la drogue : ainsi le veut la législation européenne.

Miels, infusions, cosmétiques, huiles, fleurs et résine à très faible taux de THC sont rangés sur des étagères en bois ou dans des vitrines, comme dans les épiceries bio…

Dans le bail de ces boutiques de CBD, l’activité commerciale s’intitule en effet souvent « vente de produits biologiques ».

Selon le président du Syndicat professionnel du chanvre (SPC), la profession s’organise…, cité par le journal “ Le Monde”, on dénombrait une centaine de boutiques en France, avant qu’une interdiction du CBD soit prononcée en juin 2018. Leur nombre était ensuite retombé à une trentaine.

Suite à une décision de la Cour de Justice Européenne, le regain a été rapide : il y a désormais près de 300 magasins en France où l’on dénombre désormais une dizaine de magasins de CBD.

Une décision de la Cour de justice de l’Union Européenne

En effet, le 19 novembre 2020, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a conforté les espoirs des tenants de la libéralisation de ce marché, en décidant qu’un Etat membre ne peut pas interdire la commercialisation de cannabidiol légalement produit dans un autre Etat membre. De plus,  la CJUE a conclu que le CBD n’était pas un produit stupéfiant.

Ladite Cour de Justice Européenne avait été saisie en 2018 par la cour d’appel d’Aix-en-Provence à la suite de la condamnation de deux entrepreneurs marseillais qui avaient commercialisé une cigarette électronique à base de CBD sous la marque Kanavape.

Quels sont les clients qui entrent dans ces nouvelles boutiques de CBD ? “Notre clientèle est très variée, cela va de 18 à 77 ans”, explique Fabian vendeur dans le magasin CBD de Vaise (9ème arrondissement de Lyon), à l’enseigne Nativus.

Et de poursuivre : “Il y a des acheteurs qui viennent pour raisons médicales, le cannabis médical n’étant pas autorisé en France, mais aussi des consommateurs qui s’approvisionnaient auprès de dealers et qui étaient mal à l’aise avec la transgression de la loi, bref des consommateurs de cannabis récréatif : aussi bien des cadres, que des artisans ou des ouvriers du bâtiment…”

Que met en avant ce vendeur lorsqu’il est interrogé par ses clients : “Nous mettons en avant le côté relaxant, décontractant, anti-inflammatoire, anti-douleur de nos produits…”

Reste la question que tout le monde se pose : ces magasins vendant du cannabis “light” constituent-ils une marche supplémentaire vers la légalisation du cannabis comme au Canada ou certains Etats américains ? L’avenir le dira, mais pour l’heure une majorité de Français est opposée à la légalisation.

Un pied dans la porte

On évoque cependant en revanche avec de plus en plus d’insistance une légalisation du “cannabis thérapeutique ” qui constituerait, là, une marche supplémentaire : une expérimentation est actuellement en cours en France sous l’égide de l’Anses (Agence nationale de la sécurité des médicaments et des produits de santé).

Ce qui est certain est que la prohibition-on l’a bien vu pour l’alcool- ne marche pas. La France compte à ce jour selon des sources fiables, près de 1,5 million de consommateurs réguliers de cannabis pour lesquels la consommation de cannabis a été dépénalisée l’été dernier, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, avec une amende forfaitaire de 200 euros lorsqu’il s’agit de détention pour son propre usage.

En tout cas, cette perspective de légalisation du cannabis en France fait saliver les investisseurs, qui avec ces magasins CBD qui se développent, ont mis un pied dans la porte…

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail