Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le premier ministre Edouard Philippe a dévoilé le 13 septembre dernier les 24 lauréats de l’action “Territoires d’innovation”, parmi lesquels les métropoles de Lyon et de Saint-Etienne. Les deux territoires avaient candidaté ensemble pour développer “l’industrie du futur”. David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, et Marc Chassaubene, vice-président de la Métropole de Saint-Etienne, se sont félicités hier matin, à Lyon, de cette nomination. Au total, le dispositif aidera 17 projets d’ici 2030. Les intercommunalités débloqueront plus de 200 millions d’euros, dont 30 millions en provenance de l’Etat.

Lyon et Saint-Etienne parmi les 24 lauréats nationaux de Territoires d’Innovation

Ce n’était pas gagné d’avance, mais les deux métropoles peuvent s’en féliciter. Le dispositif “Territoires d’Innovation” a récompensé Lyon et Saint-Etienne pour leur candidature conjointe le 13 septembre dernier.

Initié par le gouvernement, il permet de débloquer au total 450 millions d’euros répartis sur 24 territoires de France afin de soutenir des projets innovants. Les capitales du Rhône et de la Loire, elles, avaient tout misé sur l’industrie.

Il faut dire que le secteur reste porteur et florissant sur ces territoires. Ces derniers regroupent 13 300 chercheurs et 160 000 étudiants. On y trouve aussi le deuxième pôle universitaire et la première agglomération industrielle de France.

David Kimelfeld a exprimé sa satisfaction au pupitre suite à la nomination des métropoles lyonnaise et stéphanoise au programme "Territoires d'Innovation"

Hier matin, David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, et Marc Chassaubene, vice-président de la Métropole de Saint-Etienne, ont tenu à remercier tous les acteurs ayant porté cette candidature.

“Si la Métropole lyonnaise était partie seule, je ne suis pas sûr que l’on aurait eu ce résultat, a confié David Kimelfeld. D’après l’élu, pour le jury “Lyon avait déjà tout”. D’où une “alliance nécessaire avec Saint-Etienne qui partage le même bassin de vie”, selon David Kimelfeld.

200 millions d’euros débloqués jusqu’en 2023

Concrètement, 30 millions d’euros seront injectés d’ici 2023 par le Programme Investissement Avenir de Territoires d’Innovation. Une subvention qualifiée de “première brique” par les initiateurs du projet.

Ce dernier verra aussi l’investissement d’acteurs industriels locaux pour des co-financements à hauteur de plus de 170 millions d’euros. “Nous souhaitons travailler autour de trois piliers que sont l’industrie, l’alliance des territoires et l’implication citoyenne”, a ajouté David Kimelfeld.

Cette implication passera notamment par la sensibilisation des collégiens à la découverte des métiers de l’industrie. Le dispositif prévoit aussi des formations à la fabrication numérique.

La carte de l'alliance territoriale et industrielle entre Lyon et Saint-Etienne

Pour ce faire, le dispositif s’articulera autour de trois territoires identifiés (voir ci-dessus) : Lyon – Parilly Factories, Lyon – Vallée de la chimie / Saint-Etienne – Vallée du Gier et Saint-Etienne – Manufacture.

Les acteurs industriels y développeront plusieurs actions emblématiques. Par exemple la construction d’une plateforme énergétique ou la création d’un fonds d’amorçage industriel.

Si les financements courront jusqu’en 2023, les résultats définitifs de ces actions sont attendus pour 2030.

Centre de préférences de confidentialité