Toute l’actualité Lyon Entreprises

L’histoire commence il y a 17 mois, à 19 heures, très précisément. Franck Mechani, un artisan du bâtiment entend au téléphone son technicien lui annoncer que, pour raison personnelle, il ne sera pas là le lendemain. Stupeur : il avait justement fortement besoin de lui ce jour là…

Le désert…

Il cherche alors désespérément  s’il existait un site Web qui lui permettrait de pallier cette difficulté. Peine perdue. Rien de tout cela n’existe. Aucun site ne recense les artisans, TPE ou PME en France en sous-charge, donc à la recherche de chantiers pour « boucher les trous » de leur planning et à l’inverse, de sociétés en surcharge ayant besoin, parfois dans l’urgence, de trouver un sous-traitant qualifié. Le désert…

D’oû l’idée qui germe dans son esprit d’en créer un. Un investissement de 45 000 euros et 17 mois plus tard, ce site « Tope-la » vient de voir le jour avec l’aide de son épouse Claudia, également entrepreneuse dans le BTP et de Philippe Entressangle, spécialisé, lui, dans les pergolas et la menuiserie ; le tout avec l’onction de la Capeb qui regroupe les artisans du bâtiment.

Une société est créée : Bystan.

« La situation actuelle est propice à la désorganisation des chantiers. Elle crée du stress chez les artisans et leurs clients et impacte la qualité des chantiers, engendrant un dérapage des délais de livraison », déplore Franck Mechani.

Comment ça marche ? On l’aura compris, ce site permet de répondre à l’offre et à la demande des petites structures du BTP qui doivent gérer au quotidien les problématiques de sous-charge d’activité ou au contraire de surcharge ponctuelle.

Une application de mise en relation entre artisans, à la façon d’un Meetic professionnel est mise au point que ses trois promoteurs ont voulu simple et notamment accessible sur smartphone.

Les créateurs du site ne perdent guère de temps à lui trouver un nom : « Tope-la », une expression mille fois employée sur les chantiers qui signifie « marché conclu », est rapidement trouvée.

Objectif : 300 inscriptions d’ici la fin de l’année

Dans un premier temps, le site va se limiter aux 80 000 PME et TPE du BTP et des services d’Auvergne-Rhône-Alpes. Objectif : 300 inscriptions d’ici la fin de l’année ; puis 600 en 2019.

« Tope-la » s’ouvrira aussi, début 2019 aux apprentis et stagiaires pour faciliter leur mise en relation avec les entreprises et les artisans. « Les écoles et les centres de formation pourront également disposer de cet accès pour les aider à placer leurs jeunes », précise Franck Mechani.

Développer le site au plan national

Et une fois que le site aura prouvé sa pertinence, l’objectif de ses trois promoteurs est de le développer ensuite au plan national, en commençant fin 2019 à s’attaquer à la région parisienne.

Le modèle économique du site est assis sur deux sources de revenus : un abonnement de 60 euros/mois, sans engagement de durée est demandé aux artisans utilisateurs du site. De la publicité concernant des fournisseurs spécialisé dans le BTP est également affichée sur le site.

Si « Tope-la » fonctionne bien avec les pros du BTP, Franck Mechani  n’exclut pas de dupliquer le concept en direction d’autres professions dans la même situation que le BTP, comme le monde de la coiffure, par exemple.

Mais avant, il va falloir d’abord que les artisans du bâtiment s’en emparent…

Le site : https://tope-la.fr/