Toute l’actualité Lyon Entreprises

Annoncé il y a plus de deux ans, puis repoussé, le projet « Terrasses de la Presqu’île » est enfin lancé.

Il vise à transformer profondément la Presqu’île, côté Saône avec l’édification d’un Belvédère au dessus de la Saône. Un projet signé Jean-Michel Wilmotte, l’architecte à la forte réputation qui a remporté le concours lancé par le Grand Lyon.

 Il ne s’agit pas d’un énorme marché : 16 millions d’euros (hors nouveau parking Saint-Antoine), mais le projet, situé au cœur de la partie de Lyon classée au patrimoine mondial de l’Unesco va beaucoup changer la physionomie de cette partie de la Presqu’île.

 En clair, ce projet concerne un périmètre de cinq hectares, allant du quai de la Pêcherie à celui des Célestins, en passant par le quai Saint-Antoine, il est vrai, franchement abimé au cours des années 70 par un parking Saint-Antoine enlaidissant le site.

 Le projet signé Jean-Michel Wilmotte, son équipe, et le paysagiste François Neveux, consiste à aménager les places et les quais ; mais aussi, d’utiliser le vaste espace dégagé, une fois le parking démoli.

Ce site, un ancien bas-port qui servait il y a cinquante ans de quais de déchargement va être utilisé pour remettre de la verdure en plein cœur de Lyon : une mise en scène urbanistique qui fera face à la colline de Fourvière.

 Cet espace est le seul, le long de la Saône à Lyon, à être aussi large que les quais du Rhône débarrassés, eux, depuis longtemps de leurs voitures pour être transformés en promenades.

8 500 m2 dédiés à la détente

 Ce plus large bas-port de toute la Saône dans sa traversée de l’agglomération sera réaménagé en un vaste espace public en terrasses et autour d’îles végétales d’une superficie de 8 500 m2 dédiés@ à la seule détente. Cet ensemble sera végétalisé : on y trouvera une centaine d’arbres dont des saules et des platanes, mais aussi bien d’autres essences.

“L’ambition est de retrouver l’idée de nature en cœur de ville”, explicite le paysagiste François Neveux.

 L’aménagement consistera, selon Jean-Michel Wilmotte « en une grande et large promenade dotées d’étages intermédiaires sous formes de belvédères.. »

 Lors des périodes de crues assez courantes à cet endroit, le site sera certes sous les eaux, mais « les Terrasses seront conçues de telle sorte que cela constituera un spectacle: des strates végétales resteront visibles », précise l’architecte. Non loin de là, on trouvera une halte fluviale

Dans le même temps, les quatre places emblématiques de ce quartier, en l’occurrence les places d’Albon, Saint-Nizier vont être totalement réaménagées, avec cette ambition, décrite par Jean-Michel Wilmotte : « apporter une nouvelle ouverture sur les quais et les bas-ports des rives de Saône ».

Première étape : la place Saint-Nizier

Les travaux de ces « Terrasses de la Presqu’île » en gestation ont été lancés le 18 mars, avec une première étape, concernant la place Saint-Nizier. Les aménagements de cette place et de la rue des Bouquetiers devraient être terminés à fin septembre de cette année.

Ce sera ensuite, jusqu’en mars 2020, au tour de la place d’Albon à être la cible de travaux ; puis, de fin octobre 2019 à octobre 2020 arrivera l’avant-dernier gros morceau avec l’aménagement du quai Saint-Antoine qui correspondra avec l’ouverture du nouveau parking Saint-Antoine au 1er trimestre 2020, suivi de la démolition de l’ancien parking, jusqu’à l’automne 2020.

Le dernier gros morceau, en l’occurrence, les aménagements du bas-port et du belvédère arboré donneront le clap de fin à l’opération qui permettra à cette partie de la Presqu’île d’offrir à fin 2022 un tout nouveau visage qui devrait être apprécié des riverains et des touristes…