Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le branle bas du déménagement est programmé pour le mardi 18 septembre. La centaine de salariés qui travaillaient jusqu’à présent dans les locaux historique de la Chambre de Métiers du Rhône, avenue Foch dans le 6ème arrondissement de Lyon, vont traverser le Rhône pour se poser dans le quartier de la Confluence, en face du centre commercial, à deux pas de l’hôtel de Région.

Elle s’était vu proposer des locaux à Bron, voire même à Charbonnières. Son président Alain Audouard voulait à la fois qu’elle possède son propre immeuble pour ne pas être dissoute dans un ensemble, mais aussi qu’elle soit facile d’accès : elle reçoit chaque année …6 000 artisans.

Finalement, le conseil d’administration a fini par jeter son dévolu sur des locaux parfaitement adaptés qu’elle a pu modifier pour lui permettre de répondre au mieux à ses besoins, actuels, mais aussi futurs.

D’une superficie de 3 029 mètres carrés sur cinq niveaux, guère supérieure à l’avenue Foch, le nouveau siège construit par le Groupe lyonnais Cardinal a pu permettre des gains de place grâce à une meilleure organisation de l’espace.

Un grand plateau téléphonique

Outre un nouveau centre de formation, un espace Confluence privatisable par les professionnels, de nombreuses salles de réunion et des bureaux bien sûr pour la centaine de salariés de la Chambre, on y trouve un plateau téléphonique qui n’existait pas auparavant, ainsi qu’un’ grande cafétéria qui va permettre de développer la convialité au sein de cette maison des artisans. Il faut y ajouter, des douches et une salle de détente où se dérouleront des cours… de yoga.

« Nous avons fait en sorte que nos salariés se sentent le mieux possible dans ces nouveaux locaux », décrit Alain Audouard. Ceux-ci apprécieront d’abord la climatisation qui n’existait pas avenue Foch : l’été dernier y fut notamment particulièrement pénible.

« Bien sûr, explique Alain Audouard, nous aurions pu réhabiliter de fond en comble nos bureaux du sixième arrondissement. Mais une telle réhabilitation par son importance aurait coûté très cher. Avoir de nouveaux locaux nous permet d’avoir un outil parfaitement adapté à nos besoins d’aujourd’hui et de demain…. »

Et ce, finalement pour un coût finalement supportable pour la Chambre des Métiers.

Le coût de l’acquisition s’élève en effet à 12,4 millions d’euros, auxquels, il faut ajouter 1,6 million d’euros d’aménagements.

L’ancien siège cédé à 8,55 millions d’euros à Capelli

L’ancien siège de l’avenue Foch situé dans un quartier aux mètres carrés très chers s’est ainsi vendu 8,55 millions d’euros au groupe immobilier lyonnais Capelli qui le transformera notamment en appartements, mais aussi en commerces.

Le financement du reliquat a été permis par l’utilisation du fonds de réserve de 1,8 million d’euros, patiemment abondé au fil des années, ainsi que par un emprunt bancaire de 4 millions d’euros sur vingt ans. Soit un coût de remboursement de 200 000 euros/an, fort compatible avec le budget de la Chambre qui s’établit à près de 9 millions d’euros.

Au passage, la Chambre accroît sa visibilité, redynamise son informatique qui, il est vrai était quelque peu vieillissante et regroupe ses services avec ceux de la Chambre régionale qui occupera d’ici la fin de l’année les deux derniers étages de l’immeuble désormais dévolu intégralement à l’artisanat.

Les deux sièges, l’ancien et le nouveau ont cependant une petite similitude. L’ancien possédait un escalier monumental. Le nouveau recèle un escalier qui sans être monumental attire l’œil : œuvre d’un artisans du Rhône, il affiche par découpe du métal la plupart des métiers de l’artisanat présents au sein de la Chambre du Rhône. L’occasion de constater qu’il sont particulièrement nombreux…