Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP
Très bas niveau de défaillances d’entreprises en AuRA pour 2021 : seulement 3 022, – 12,3 % !
Selon une étude du cabinet spécialisé Altares, la région Auvergne qui a été championne des procédures de sauvegarde a vu les défaillances d’entreprises chuter de 12,3 %, après une première baisse en 2020 de…42 % : tous les départements sont concernés par la baisse des défaillance, mais une remontée des dépôts de bilan “sans pour autant craindre une explosion”, est à anticiper en 2022…

Le groupe spécialisé Altares, expert de l’information sur les entreprises a dévoilé les chiffres des défaillances d’entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes pour l’année 2021.

Ils sont surprenants, alors que la pandémie battait son plein en 2021.

Avec 3 022 entreprises placées en redressement ou en liquidation judiciaire dans la région, le niveau de défaillances recule de 12,3 % en 2021 ; et ce, après déjà une baisse de 42 % observée en 2020 !

“ Cette tendance favorable témoigne de l’efficacité des aides de l’État tout au long de cette année 2021 marquée par une reprise économique soutenue.”

Cependant, pour les experts du cabinet, “ le débranchement progressif des aides, les difficultés d’approvisionnement en matières premières et l’envolée des prix menacent de fragiliser les trésoreries des entreprises.”

La région a mieux résisté que l’ensemble du territoire national où le recul des défaillances s’établit à 11,8 %.

Championne de la sauvegarde

On le savait, mais les chiffres l’illustrent encore plus amplement que ce que l’on pouvait penser : l’ accompagnement de l’État et des territoires a permis de protéger les entreprises de la faillite et de voir les défaillances atteindre leur plus bas niveau depuis 30 ans.

Aux 3022 défaillances observées en Auvergne-Rhône-Alpes s’ajoutent 105 ouvertures de procédures de sauvegarde : à cet égard, la région a été championne de France.

Ce dispositif de prévention, accessible exclusivement aux entreprises qui ne sont pas encore en cessation de paiement, favorise leur réorganisation.

C’est en Auvergne-Rhône-Alpes que ce recours a été le plus utilisé devant l’Île-de-France (92) et la Nouvelle-Aquitaine (89).

Les défaillances reculent dans tous les départements.

Le Rhône enregistre ainsi un recul des défauts de 8 %. Le département compte à peine plus de 870 défaillances, mais représente désormais 29 % de l’ensemble de procédures ouvertes en Auvergne-Rhône-Alpes contre 25 % avant la crise.

Les PME résistent

En Auvergne-Rhône-Alpes, l’essentiel des défaillances (94 %) concernent des TPE. Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale.

Une tendance encore une fois favorable puisque les TPE de la région enregistrent une baisse de 13 % du nombre de défaillances.

Moins nombreuses, les PME de 10 à 49 salariés présentent un recul des défauts moins rapide (-4 %).

Quant aux employeurs d’au moins 50 salariés, un peu plus d’une vingtaine (22) a défailli en 2021. Leur niveau de défaillances ne baisse pas, il est même stable sur les cinq dernières années, exception faite de 2019 qui comptait 32 défaillances.

Remontée des défauts de paiement probable en 2022

Pas d’explosion du nombre de défaillances en vue mais une remontée des défauts est à anticiper en 2022,n selon Altares.

C’est ce qu’estime Thierry Millon d’Altares qui conclut : «  le report à fin 2022 du remboursement du PGE (Prêt Garanti par l’Etat) prévu au printemps prochain ou bien encore l’activité partielle devrait permettre de passer le cap de la vague Omicron et, par conséquent, limiter les dépôts de bilan dans les prochains mois.”

Pour lui, cependant, “ le risque n’aura pas pour autant disparu. Il est provisoirement neutralisé. Par ailleurs, la dynamique de créations d’entreprises est en ce moment très forte, proche d’un million. Dans ce contexte, le risque de défaillances de très petites entreprises reste élevé.”

Pour lui, enfin, “ si rien à ce stade ne permet de redouter une explosion du nombre de procédures collectives, nous devons raisonnablement envisager une remontée des défauts à partir de 2022. “