Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le Suisse Cerdia annonce la suppression de 123 postes de travail sur la plateforme chimique de Roussillon

Un coup dur pour l’emploi. Le groupe suisse Cerdia annoncé mardi 30 juin un projet de fermeture de son activité liée au tabac basée sur la plateforme chimique de Roussillon, au Sud de Vienne (Isère), le pendant sudiste de la Vallée de la Chimie lyonnaise.

123 emplois sont en jeu.

Plus précisément, Cerdia a confirmé “son intention d’engager une procédure d’information et de consultation de ses partenaires sociaux concernant l’arrêt des activités de flocons d’acétate de cellulose du site de Roussillon.”,

Cela pourrait aller vite : les emplois pourraient être supprimés d’ici la fin de l’année.

Cette activité est liée à l’industrie du tabac.

Cette entreprise fabrique les flocons d’acétate de cellulose qui sont un des composants des filtres à cigarette.

L’entreprise explique sa décision par la baisse constante de la vente de tabac.

“Entre 2012 et 2018, en France, la vente de tabac a chuté de 22 % et l’activité acétol liée au tabac est déficitaire”, indique le groupe.

Cette activité emploie 123 personnes sur 155 salariés au sein de l’usine qui a également une autre production.

La seconde activité de l’usine, dédiée à la production d’acide nitrique et de nickel de Raney – un alliage utilisé en catalyse – et qui emploie 32 salariés, n’est pas concernée par ce plan “et sera maintenue en l’état”.

Mardi prochain 7 juillet, vont s’ouvrir des négociations entre la direction et les syndicats.

Ce qui ouvrira une période de trois mois au cours desquels seront discutées, détaille la direction, les mesures pour favoriser le retour à l’emploi des 123 salariés. Cela pourrait passer par des plans de formation, des aides à la création d’entreprise, des primes de départ, voire des reconversions au sein du groupe…

Organisée sous la forme d’un G.I.E, Osiris, et pièce maîtresse de l’emploi en Isère rhodanienne, la plateforme chimique de Roussillon rassemble à ce jour 16 entreprises et près de 1 600 salariés.

Dans un communiqué, le GIE Osiris explique qu’il “va mesurer l’ampleur des conséquences du départ de Cerdia qui devraient être importantes. Dès à présent, le G.I.E appelle Cerdia à respecter l’ensemble de ses engagements et à assumer toutes ses responsabilités vis-à-vis du G.I.E et de l’ensemble des parties-prenantes de la plateforme de Roussillon…”