Toute l’actualité Lyon Entreprises

Depuis la promulgation de la loi Macron sur l’apprentissage, 554 demandes de création de nouveaux Centres de Formation d’Apprentis sont arrivés sur le bureau de Muriel Pénicaud, ministre du travail, soit près de la moitié du nombre actuel de CFA ! Parmi ceux-ci, un CFA dédié à la gastronomie au château de Lacroix-Laval. Même si la loi n’a pas encore vraiment produit directement ses effets, elle a déjà suscité un nouveau souffle…

Alors qu’il connaissait depuis plusieurs années un discrédit continu, l’apprentissage retrouve les faveurs, non seulement des jeunes et de leurs parents, mais aussi des entreprises. Comme en témoigne le projet drivé par le chef lyonnais étoilé Christian Têtedoie et ses confrères d’ouvrir un CFA près de Lyon, dédié à la gastronomie : les initiatives se multiplient.

On n’avait pas vu ça depuis longtemps : depuis le début de l’année 2019, le nombre d’apprentis a bondi de 8,4 % en France.

Un excellent millésime qui fait suite à une hausse similaire, bien qu’un peu plus basse, en 2018 (+ 7,4 %).

Vers les 50 000 en Auvergne-Rhône-Alpes ?

La barre des 500 000 apprentis en France (50 000 en Auvergne-Rhône-Alpes, selon l’objectif fixé par Laurent Wauquiez) se rapproche. En tout cas, on était à fin juin 2019 à 458 000 apprentis. Un record !

La bonne santé actuelle de l’économie et des secteurs en bonne santé, forts demandeurs d’apprentis constituent une des explications de ces bons chiffres, mais pas seulement.

En fait, c’est la loi sur la réforme de l’apprentissage de 2018 qui explique dans une certaine mesure ces résultats car elle a permis de débloquer une certain nombre de situations.

Certes, elle est encore trop récente pour produire directement beaucoup d’effets. En revanche, elle a suscité un véritable appel d’air très prometteur ne serait-ce que par la communication positive en faveur de l’apprentisage qu’elle a drainé dans son sillage .

Ainsi depuis la suppression de l’autorisation administrative pour ouvrir un CFA, les services du ministères du travail ont enregistré… 554 demandes soit la moitié du nombre de Centre de Formation d’Apprentis en service ! Le projet lyonnais de CFA dédié à la gastronomie n’est donc pas une exception. Toutes les régions sont concernées.

Derrière toutes ces demandes, on trouve des professionnels et leurs groupements, comme à Lyon ; mais aussi des collectivités locales ; des branches ou directement de grandes entreprises qui elles aussi se regroupent pour ouvrir leur CFA.

Une soixantaine d’entreprises veulent ouvrir leur CFA

Ces dernières sont au nombre d’une soixantaine à ce jour à avoir déposé une demande : on y trouve des sociétés comme Korian, Accor, Adecco, Schneider Electric, voire encore le groupe Nicollin.

Tout ceci explique que ce mouvement de renaissance de l’apprentissage n’en est sans doute qu’à ses prémisses.

Certes toutes les 554 demandes d’ouvertures de CFA n’iront pas jusqu’au bout, mais le nombre de ces établissement devrait augmenter à l’avenir d’un pourcentage considérable.

En Allemagne, près de 15 % des jeunes en âge scolaire sont en apprentissage ; en France, seulement 7 %. A ce rythme là, la France va peut-être finir par rattraper l’Allemagne. Ce qui constituerait une petite révolution !

Autre avantage de ce phénomène de retour en force de l’apprentissage : il va permettre de réduire pour partie le fort déficit de salariés bien formés qu’enregistrent bon nombre de branches professionnelles qui peinent de plus en plus à recruter…

Centre de préférences de confidentialité