Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP
Liquidation de Camaïeu, de Place du Marché, Go Sport mis en redressement : le grand retour des faillites d’entreprises

On est en train de retrouver le niveau de 2019. Il n’est pas exclu qu’en 2023, les faillites dépassent même le niveau d’avant Covid…

Avec le Covid et le « quoi qu’il en coûte », elles étaient passées sous les radars. On en parlait plus ou presque.

Puis, quelques signaux d’alerte ont retenti ces derniers mois. Ce fut d’abord Camaïeu en septembre dernier et son cortège de 2 600 licenciements.

Ce fut ensuite le cas il y a une dizaine de jours de la société lyonnaise « Place du Marché » dont la liquidation a mis sur le carreau 1 900 salariés.

Puis jeudi dernier, la mise en redressement judiciaire de Go Sport par le tribunal de commerce de Grenoble… Là, même si des dégâts et des suppressions d’emplois sont à craindre lors du plan de redressement, le pire n’est pas encore sûr.

10 000 faillites en moins en 2022, mais…

Mais il est à craindre que la liste des entreprises mises à la casse s’allonge, avec notamment la hausse des prix de l’énergie qui fragilise bon nombre de sociétés grosses consommatrices de gaz ou d’électricité..

En tout cas, tous ces signaux qui passent à l’orange ou au rouge illustrent une réalité.

Selon une étude que vient de publier le cabinet spécialisé Altares, en 2022, le nombre de défaillances d’entreprises a augmenté de près de 50 % par rapport à 2021.

Au compteur, l’année dernière : 42 500 faillites ont été enregistrées, soit encore 10 000, faillites de moins par rapport à 2019.

Pas le temps de se réjouir : le rattrapage semble est en train de s’accélérer.

Les start-up, les PME parmi les plus touchées

Parmi les entreprises plus touchées selon Altares, : les PME de 10 à 100 salariés  : plus de 3 200 d’entre elles ont fait faillite en 2022.

Au total, 143 500 emplois sont menacés disparaître. Et mauvais signe : Les plus jeunes parmi les entreprises, les start-up, se révèlent parmi les plus vulnérables, avec des faillites en hausse de… 94,2 %.
Parmi les secteurs les plus touchées, ceux qui ont déjà subi la crise Covid et désormais touchés par la hausse de l’énergie : la restauration, la maçonnerie, la boulangerie, la coiffure et les cafés : ils concentrent, à eux seuls, 20 % des défaillances d’entreprises.

Et mauvaise nouvelle, Auvergne-Rhône-Alpes qui a connu en 2022 une hausse de ses faillites supérieure à la moyenne nationale (+ 58,4 %). a vu la tendance se dégrader encore lors du quatrième trimestre.

Et selon Altares qui ne brille pas par son optimisme, les faillites pourraient bien dépasser en 2023 leur niveau d’avant Covid-19…