Toute l’actualité Lyon Entreprises

Plutôt que boycotter Amazon, mieux vaut le concurrencer, et vite !

Faut-il boycotter Amazon comme le préconise Laurent Wauquiez ou simplement le supprimer comme incitent une centaine de signataires d’un récent appel, voire encore le taxer fortement comme le préconise Eric Piolle, le maire de Genoble, avec d’autres élus ?

Le taxer plus qu’il ne l’est, sans doute, mais pour le reste, tout ceci est d’une grande stupidité pour plusieurs raisons. A commencer par le fait que, même si les produits chinois se taillent la part du lion, près de 11 000 entreprises françaises de toutes tailles, vendent déjà sur Amazon.

Ce qu’il faut faire et urgemment, c’est créer un ou des Amazon français. Mais cela prendra du temps, de l’argent et une vraie volonté …politique ?

Tout ce bruit de fond autour d’Amazon ne fait sans doute que le conforter. Il n’en a même pas besoin d’ailleurs car les deux confinements lui sont très favorables ; qui plus est, cette fois avec la fermeture des rayons “non essentiels” dans les grandes surfaces.

Vingt pour cent de la vente en ligne

Véritable machine de guerre qui met sa relation client au cœur de sa stratégie, Amazon détient déjà 20 % du marché français de la vente en ligne. Un pourcentage appelé à croître si l’on ne fait rien ; bref si l’on ne met pas en face un ou des Amazon hexagonaux.

Filiale du succursaliste stéphanois Casino, CDiscount, son plus gros challenger, qui a annoncé vouloir accueillir gracieusement tous ceux qui voudraient le rejoindre, constitue une digue réelle, mais encore bien fragile contre le raz de marée Amazon.

C’est la raison pour laquelle, l’annonce de Laurent Wauquiez, le président d’Auvergne-Rhône-Alpes qui a expliqué vouloir créer un “Amazon régional” , même si elle donne l’apparence d’un effet d’annonce apparaît intéressante. Mais il s’agit là d’une solution de moyen terme.

Ce n’est pas cet Amazon régional, encore dans les limbes qui résoudra le problème immédiat auquel sont actuellement confrontés les petits commerçants qui tentent de s’arrimer au click and collect et à la vente en ligne pour surnager.

Un -”Amazon régional” ? Une œuvre de longue haleine…

Si Laurent Wauquiez tient son pari d’Amazon régional, il faudra plusieurs années pour le mettre en place.

Il faudrait que ce futur site de e.commerce fédère en fait tout ce qui existe actuellement, des projets privés, comme celui du Grenoblois Spartoo, mais aussi des collectivités comme la Métropole de Lyon, des CCI. Bref, une vraie et méga “market place” où viendraient se greffer toutes les initiatives régionales.

“Il y faudra des moyens, beaucoup de moyens, une marque et une équipe forte pour y arriver”, explique Alain Laidet, journaliste lyonnais, spécialiste des “places de marché”.

Et de donner l’exemple de la Poste suisse qui a investi des millions de francs suisses, mis sur le pont une équipe efficace pour, in fine, faute de succès, au bout de quatre ans, baisser le rideau.

Il y a effectivement un Amazon régional à mettre en place, mais ce sera une œuvre difficile et longue à mettre en place. Jouable, mais ardu.

Que doivent alors faire les commerçants dans l’immédiat ?

Des actions toutes simples et faciles à mettre en œuvre. D’abord, tout simplement bien se faire référencer sur Google pour apparaître en tête de page ; cela paraît simple, mais encore trop peu de petits commerces le font ; bien indiquer son téléphone, ses horaires ; voire même, c’est possible développer un système de prise de rendez-vous avec un vendeur. Voire encore développer un “chat” ou du “visio shopping”, actuellement en vogue.

Autre outil que l’on peut rapidement mettre en place : Facebook. La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) vient ainsi de nouer un partenariat avec le réseau social pour aider les commerçants à «basculer en urgence vers des solutions digitales», avec des formations à la clef.

Bref des stratégies assez simples à mettre en œuvre à court terme ; d’autant que les formations et conseils sont à cet égard financés par la Région et/ou l’Etat.

Pourrait ensuite venir le temps de la reconquête. Laurent Wauquiez a mis le doigt sur un vrai besoin.

Il y a urgence et si la crise sert d’accélérateur, c’est tant mieux : 82 % des Français âgés de 16 ans et plus achètent en ligne, quand seulement… 15 % des TPE françaises vendent… en ligne…

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail