Toute l’actualité Lyon Entreprises

Comment les pays taxent-ils leurs Bitcoins ? 
Le bitcoin a longtemps été l’objet de nombreuses polémiques dans le monde. Toutefois, à partir de juin 2021, certains pays ont revus leurs textes sur le statut du bitcoin. C’est ainsi que les pays tels que les Etats-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et bien d’autres pays industrialisés ont adopté des lois visant à la légalisation du bitcoin. Cependant, si l’on doit se féliciter de cette avancée considérable, il n’en demeure pas moins vrai que le bitcoin reste encore sous l’impulsion d’un certain nombre de limitations, notamment en Chine, et dans bien d’autres pays.

Pourtant, posséder de la cryptomonnaie devient de plus en plus monnaie courante de nos jours. Il est donc indispensable que vous sachiez quelle législation s’applique à vos pièces de cryptomonnaies dans certains pays dans lesquelles vous pourriez probablement vous trouver. Découvrez plus de détails sur les taxes imposées au bitcoin dans certains pays dans la suite de cet article.

  • Les États-Unis 

Dans le formulaire 1040 de l’IRS comptant pour l’année 2020, précisément à sa première page, la structure a appliqué une taxe sur les cryptomonnaies, demandant aux contribuables de déclarer la moindre transaction en monnaie virtuelle. Le taux d’imposition fédéral sur les plus-values en bitcoin surf entre 0% et 30%.

De plus, les prix de chaque achat de cryptomonnaies doivent être visibles. En d’autres termes, lorsque vous effectuez un achat en vous servant d’un bitcoin code, vous devez conserver le prix d’achat initial de telle sorte qu’il puisse être tracé. L’on parle de prix de base de l’actif cryptographique.

Le prix de vente  représente le prix de cession au moment où la pièce est vendue. La plus-value, à cet effet, ce qui reste du prix de vente et du prix de revient. Cela sous-entend que la valeur marchande de la monnaie virtuelle en dollars américains à la date du paiement ou de la réception est exigée des contribuables.

  • Canada 

Au Canada, les cryptomonnaies bénéficient d’un statut légal. Il est possible de s’en servir pour effectuer des achats des produits ou pour obtenir des services sur Internet et dans les magasins en acceptent. Ce pays a mis en place des bourses ouvertes dénommées bourses de devises numériques ou de cryptomonnaies. Celles-ci donnent la possibilité aux détenteurs de monnaies virtuelles d’effectuer des achats et de vendre des devises numériques.

Au Canada, les transactions commerciales en cryptomonnaie sont taxées selon leur nature, soit par la CGT, soit par l’impôt sur le revenu. Lorsque le revenu émane d’une entreprise, le total du montant est imposé, tandis que les gains en capital ne sont exigés qu’à 50%.

  • Australie 

Les cryptomonnaies sont définies comme étant des actifs en Australie. Les transactions sont régies par les règles relatives aux actions commerciales, contrairement à celles de la CGT. Dans une entreprise, la vente de bitcoin génère un revenu ordinaire, lorsqu’elle représente le stock commercial. Quant au cout d’acquisition, il est déductible fiscalement lorsqu’il est détenue en tant que stock commercial.

  • Pays-Bas 

Les Pays-Bas ont un système fiscal tout à fait différent de celui des autres pays du Commonwealth. Les impôts sont prélevés sur la fortune plutôt que sur les gains en capital. En d’autres termes, les Pays-Bas prélèvent des intérêts présumés sur la valeur de l’ensemble des actifs qu’ils déduisent de la somme des passifs au début de l’année fiscale.

Le système fiscal des Pays-Bas diffère de celui des pays du Commonwealth. Il prélève un impôt sur la fortune plutôt qu’un impôt sur les gains en capital. En effet, un intérêt présumé est prélevé aux Pays-Bas sur la valeur de tous les actifs moins tous les passifs au début de l’année fiscale.

  • L’Allemagne 

L’Allemagne est considérée comme étant le paradis fiscal de la cryptomonnaie, du fait qu’elle ne reconnait pas la cryptomonnaie comme étant une monnaie monétaire, mais plutôt comme étant une monnaie privée.

En effet, en Allemagne, les ventes privées bénéficient des avantages fiscaux ; l’exonération fiscale des ventes privées s’étend jusqu’à 600€.