Toute l’actualité Lyon Entreprises

La Caisse d’Epargne propose de fidéliser les clients de ses clients via le terminal de paiement. Objectif : accroître le chiffre d’affaires du commerce de proximité…

Dans un contexte de digitalisation, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, en s’appuyant sur une start-up innove et propose à ses clients commerçants, mais aussi artisans, un programme de fidélisation sur mesure.

Mardi matin, Frédéric Martin, chargé de la banque de détail à la Caisse d’Epargne, Nicolas Grosselin, directeur du marché des professionnels, et Reda El Mejjad, président de la start-up Izicap, accueillaient des commerçants au siège de la Caise d’Epargne au sein de la tour Incity, afin de leur exposer le projet.

« Nous sommes une banque régionale avec des clients qui vivent dans la réalité et la transformation digitale » a débuté Frédéric Martin. Et de poursuivre : « Nous sommes aujourd’hui capables de développer votre chiffre d’affaires ».

La solution? “CE boost FID », un programme de fidélité qui permet de faire adhérer les clients des commerçants via le terminal de paiement électronique (TPE).

Déjà testé dans trois territoires notamment en Ile-de-France, c’est une première en Rhône-Alpes.

 L’application, imaginée par la start-up Izicap, permet dans un premier temps de collecter, puis d’analyser des données exclusives et anonymes notamment en termes de fréquence moyenne de passages des clients chez le commerçant.

« Une fois l’analyse effectuée, le professionnel est accompagné afin de recruter et de fidéliser la clientèle », explique Reda El Mejjad.

 La fidélisation s’opère au moment du paiement.

Le client peut renseigner son numéro de téléphone sur le TPE et donc adhérer au programme.

Une fois la construction du fichier client terminée, les données sont analysées.

 L’application récupère ainsi un an de mouvements bancaires effectués sur le TPE du commerçant.

 Un programme de fidélité personnalisé est mis en œuvre : le client peut dès lors recevoir différentes offres et avoir accès à son programme fidélité via une interface.

 La carte bancaire devient alors carte de fidélité. « C’est le bon message, au bon moment, au bon client » assure le président d’Izicap.