Toute l’actualité Lyon Entreprises

Ce sera la dernière : la tour To Lyon, 170 m, la meilleure solution pour la Part-Dieu ?
To-Lyon souhaite à se positionner comme l’une des pièces majeures de la redynamisation du quartier de la Part-Dieu. Construit par Vinci Immobilier, le bâtiment a été conçu par l’architecte de renom Dominique Perrault. Ce projet, vise à être le symbole de la mixité urbaine en incarnant une nouvelle génération de programme, dans lequel cohabiteront une grande pluralité d’usages et d’usagers.
Perspective To Lyon
Perspective : vue Place B‚raudier

En quelques chiffres : cette tour de 80 000 m2 comporte 43 étages et atteint 170 m de hauteur. To Lyon a pour vocation d’être « un réel business center. » On retrouvera un hôtel 4 étoiles à la base de l’édifice, 3 500 M2 de commerces ou encore 48 000 m2 d’espace de travail dont 13 000 sont encore à pourvoir. Il y a une vraie volonté de créer un pôle d’échange multimodal et pas simplement une tour.

La Tour, ainsi que l’hôtel seront livrés pour fin 2023. En revanche, les 3 niveaux de parking mis en place par LPA seront achevés mi 2024.

Gagner en hauteur permet de libérer de la place. « Ces bâtiments ont des fonctions à la verticale, mais aussi à l’horizontale en termes de mode de vie et d’accessibilité » affirme Dominique Perrault. Ce gain de place donnera lieu à plus d’espace public et permettra de gérer tous les déplacements.

Le confort des usagers a une place centrale dans ce projet. Or, pour l’instant les usagers de la gare sont obligés de traverser le chantier, il est ainsi difficile de maintenir le confort du public avec tous ces travaux.

Prochainement, la nouvelle gare apportera une nouveauté fondatrice. « Il fallait un signe qui montre ce renouveau, To Lyon  va répondre à ça » explique Stéphane Reymond (directeur général adjoint chez Vinci immobilier).

En projet depuis 2011 les acteurs ont dû s’adapter à l’évolution de la société, en particulier ces dernières années avec le covid et la hausse du télétravail.

La tour To Lyon : un lieu stratégique pour les entreprises

Le groupe APICIL fait le choix de déménager et de regrouper les deux sites lyonnais en un seul.
« C’est pour le groupe l’occasion de montrer notre volonté d’être une entreprise reconnue pour l’engagement de ses collaborateurs et le service apporté à nos clients. » Explique Frederic Faye (directeur des ressources humaines chez APICIL). Il ajoute que « ce déménagement est pour le groupe Apicil une belle opportunité de se réinventer collectivement, de repenser notre environnement en y intégrant les nouveaux modes de travail ainsi que les évolutions technologiques qui les accompagnent. »

Cette implantation à la Part-Dieu est stratégique pour le Groupe APICIL. Elle le place au cœur de Lyon et facilitera l’accès du site à leurs collaborateurs, notamment dans leurs déplacements vers les autres sites parisiens ou européens par exemple.

Désormais, lors d’un nouvel investissement immobilier, la question de la hausse du télétravail doit être prise en compte. Il faut éviter les postes vacants ! « On a prévu le problème du télétravail » affirme Frédéric Faye. Pour ce faire, il y aura moins de postes de travail que de collaborateurs. De plus, les espaces collaboratifs vont être démultipliés en ce sens : « on ne se rendra pas compte qu’on aura moins de mètre carré ».

Un chantier de grande envergure pour la dernière Tour de Lyon ?

To-Lyon rassemble plus de 450  intervenants, présents quotidiennement sur le chantier. Il devient un des projets les plus ambitieux de la Métropole de Lyon. En raison de son exigence maximale, ce projet requiert une organisation militaire. Cette IGH (immeuble de grande hauteur), sera le deuxième plus haut de Lyon, après Incity.

Si la mairie et la métropole de Lyon ont fait part ces derniers mois de leur volonté de mettre fin aux constructions d’IGH, Stéphane Reymond explique qu’ils ont pu mener à bien le projet sans demande particulière ni de modification exigée par la métropole ou la mairie.

Il faut dire que ce projet s’inscrit tout de même dans une démarche de durabilité. Sur la question environnementale, la tour est reliée à un énorme réseau de mobilité, « C’est le premier geste de durabilité » explique l’architecte. To Lyon possède les certifications NF HQE et BREEAM : « En plus des labels, il y a un vrai encrage dans l’environnement au sens physique du terme » ajoute ce dernier. De plus, To Lyon utilisera 3 fois moins d’énergie que les bâtiments remplacés.

Une charte « chantier propre » a également été mise en place pour cadrer la gestion des déchets, les nuisances dues à la poussière ou encore le trafic routier.