Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP
Décès à 76 ans de François Turcas, l’homme qui a construit la CGPME (devenue CPME) à partir de zéro dans le Rhône et la Région
François Turcas, par sa truculence, sa clairvoyance, son verbe fort était adoré, ce n’est pas trop dire de ses troupes, ces milliers de « petits patrons » dans le Rhône et la région Auvergne-Rhône-Alpes qu’il avait su fédérer. Depuis l’annonce de sa disparition à 76 ans, toute la classe politique, tout l’écosystème économique lui rend hommage et ce n’est que justice.

L’homme était un visionnaire. Partant de rien, d’une poignée de fidèles, il a su patiemment construire l’édifice CGPME d’abord, puis CPME ensuite, au fil des ans dans un département et une région qui, on l’a oublié aujourd’hui’ où le seul syndicat représentant les TPE et les PME dans les années 80 était l’URPMI, un syndicat indépendant.

La CGPME n’était alors qu’un groupuscule !

Il a fallu attendre 2022 pour qu’après trente ans de « règne », une fois l’œuvre aboutie pour que François Turcas quitte la double présidence du Rhône et et de la Région de la CPME, mais avec un sens aigu du devoir accompli.

Réélu sans discontinuité

Inamovible, assurément : il a été réélu par ses pairs sans discontinuité depuis la création par ses soins de la CGPME…il y a trente ans.

Mais cette exceptionnelle longévité chez un responsable syndical patronal a une explication. La CPME du Rhône et d’Auvergne-Rhône-Alpes est véritablement son bébé. Il lui a véritablement donné naissance.

Avant qu’il n’arrive pour chambouler le monde patronal rhodanien et régional, la CPME ou plutôt la CGPME, son nom d’alors, n’existait pas.

Tel un Fidel Castro…

Tel un Fidel Castro à la tête d’une toute petite troupe au début, avec peu de moyens, François Turcas est parti à la conquête de la citadelle URPMI qu’il a emporté, installant dans le temps la CPME qui a grossi, grossi…

“Je l’ai construite à ma manière, comme je sais faire, comme une entreprise, proposant de nombreux services pour lutter contre la solitude du chef d’entreprise”, détaillait lalors François Turcas.

Il s’est appuyé pour ce faire sur deux secrétaires généraux, Franck Morize pour la CPME du Rhône et Cyril Amprino, pour la CPME Auvergne-Rhône-Alpes .

Avec son réseau tous azimuts long comme le bras, sa truculence, sa chaleur humaine, son talent pour fédérer, François Turcas était là pour défricher, avancer, peser dans le paysage économique. Les troupes suivaient derrière, construisant pierre par pierre un édifice d’importance.

Disparu, François Turcas laisse un édifice solidement construit.

Trente ans après, le bilan est impressionnant : les CPME Rhône et Auvergne-Rhône-Alpes comptent à ce jour 72 permanents dont 40 au siège à Lyon-Vaise, des antennes dans chacun des douze départements de la région, 3 500 adhérents dans le Rhône et 12 000 en Auvergne Rhône-Alpes,

Avant de transmettre les rênes du syndicat patronal à son fidèle lieutenant qui a pris sa succession dans le Rhône, Franck Morize, François Turcas avait lancé: “ Ma plus grande satisfaction avant de partir est d’avoir contribué à faire de la CPME la premier syndicat patronal français ! ”

On comprend dès lors l’émotion qui s’est emparé des patrons de PME du Rhône et de’Auvergne-Rhône-Alpes, à l’annonce de cette disparition qui va laisser un grand vide.

Pour la CPME : « une profonde tristesse »

« C’est avec une profonde tristesse que les équipes de la CPME ont appris ce jour le décès de François Turcas, à l’âge de 76 ans. Il a présidé notre organisation pendant 30 ans sur le territoire.

Cette nouvelle est un choc pour sa famille, ses amis, et pour tout l’écosystème économique régional.

François était une personnalité hors norme, de par son énergie, sa détermination, et son engagement sans faille pour la cause patronale.

Homme de parole, passionné, généreux et chaleureux, François Turcas laisse derrière lui un héritage exceptionnel et une empreinte indélébile dans nos cœurs.

Toutes nos pensées vont vers sa femme Hilda et ses enfants Franck et Karine. »

(Communiqué)

Le clin d’œil de la rédaction LE [Lyon-Entreprises]

Nous avions eu le plaisir d’échanger avec François à nombreuses reprises.
A cette occasion, nous testions ensemble un nouveau format de vidéo « Les Pépites Lyonnaises ».
On y retrouve en images, l’homme qu’il était.