Toute l’actualité Lyon Entreprises

Pourtant déjà en forme, l’immobilier d’entreprise s’est envolé en 2018. La demande placée en matière de bureaux a bondi de 23 %, atteignant 331 659 m². La métropole lyonnaise a bénéficié d’un record d’attractivité en immobilier tertiaire, mais aussi industriel et logistique. Une année à marquer d’une pierre blanche. Une situation qui pourrait bien perdurer cette année…

Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel a-t-on coutume de dire en matière boursière. On pourrait se poser la question pour l’immobilier d’entreprise dans la métropole lyonnaise, tant les chiffres 2018, divulgués par la Fnaim sont élevés, illustrant année après année une vive croissance. Le ciel se rapproche…

 Un mot s’impose ainsi dans la bouche des dirigeants de la branche « entreprises » de la Fnaim : « exceptionnel » ; et ce, quels que soient les segments de marché. Petit problème néanmoins, face à cette forte demande, l’offre a tendance à se raréfier…

 De loin le plus gros marché de l’immobilier d’entreprise, le tertiaire, celui des bureaux a ainsi flambé de 23 % l’année dernière.

 La demande placée s’est ainsi établie à 331 659 m².

 Au palmarès des quartiers d’affaires les plus recherchés, Gerland siège de nombreuses opérations (21 % des transactions) a conservé son leadership, face à la Part Dieu (13 %) qui devrait reprendre du poil de la bête cette année.

 Tout à concouru pour tirer le marché vers le haut. Aussi bien les grosses transactions qui étaient absentes depuis 2016, mais aussi les petites et moyennes surfaces qui sont restées très dynamiques.

 Ainsi, les dix transactions supérieures à 10 000 m² représentent à elles seules plus de 56 000 m² placés !

 Côté loyer, pas d’affolement cependant : il faut compter 208 euros/m² dans le neuf et 165 euro/m² dans l’ancien.

 Une explication : la progression de la demande n’entame pas le stock à six mois qui reste stable à 370 000 m².

 Ainsi, pour la première fois, le marché du bureau lyonnais a dépassé l’année dernière la barre du milliard d’euros.

Chiffres pulvérisés pour l’immobilier industriel

 Actent-ils un retour de l’industrie ? Les chiffres en matière d’immobilier industriel (usines, unité de production) sont de la même eau.

 La moyenne de ces dernières années, soit 300 000 m² de locaux industriels vendus ou loués louer en un an sur la grande agglomération lyonnaise a été pulvérisée : ce sont 465 000 m² qui ont ainsi trouvé preneurs, l’année dernière !

 Là, en revanche, contrairement aux bureaux, le stock a beaucoup diminué pour atteindre 560 000 m². Une explication : le foncier se fait de plus en rare. Mais, malgré tout, les loyers restent à peu près stables : 85 euros/m² dans le neuf et 56 euros/m² dans l’ancien.

Logistique : l’Ain et le Nord-Isère, très recherchés

 Même inquiétude côté stock dans le domaine de la logistique, l’un des points forts de la région lyonnaise : le manque de locaux a de plus en plus tendance à entraver le développement du marché.

 Ledit marché est tendu : le stock à six mois a fondu de plus de moitié en 2018 pour s’établir à 172 000 m².

 Le Nord Isère et la Plaine de l’Ain restent les deux bastions de ce marché, mais d’autres secteurs pourraient bien à l’avenir prendre le relais.

 Ainsi, la Loire, la Saône-et-Loire et la Drôme sont notamment dans le viseur des investisseurs, selon Benoit de Fougeroux, le président de Fnaim Entreprises.

 Sur les trois marchés, tertiaire, industriel et logistique, l’investissement global a ainsi atteint 1,2 milliard d’euros.

 Quid de 2019 ? Une chevauchée fantastique du même ordre que celle de 2018, n’est pas totalement exclue par les professionnels. Alors…