Toute l’actualité Lyon Entreprises

La Compagnie d’assurance mutualiste a affiché en 2013 le meilleur résultat de son histoire. Elle l’a multiplié par trois, malgré un taux de sinistralité climatique encore très lourd l’année dernière : 60 millions d’euros ! Et ce, pour la troisième année consécutive.

 Trente millions d’euros contre onze millions en 2012. Une multiplication par trois. Tel est le résultat affiché en 2013 par la mutuelle d’assurances Groupama Rhône-Alpes-Auvergne.

 « C’est même le meilleur résultat que nous ayons jamais obtenu  dans l’histoire de Groupama», remarque Francis Thomine, le directeur général, arrivé l’année dernière à la tête de de la Mutuelle d’assurances.

 Comment expliquer cet efficace redressement, alors même que la sinistralité climatique est restée encore très lourde.

 Dérèglements climatiques obligent, cela fait trois ans que la Mutuelle a à régler aux victimes des dédommagements pour de nombreux sinistres.

 La liste égrenée en 2013 est encore longue : deux tempêtes ayant touché la région (Christian fin novembre et Dirk, fin décembre, neige), orages à répétition, neige importante. Les départements les plus touchés : l’Ain, la Saône-et-Loire et le Puy-de-Dôme. Après la Bretagne, la Mutuelle est la Caisse qui à la plus déboursé à cet égard en France.

 Soixante millions d’euros déboursés pour les dérèglements climatiques

 Au total ces dérèglements climatiques ont pesé pour 60 millions d’euros l’année dernière, soit 20 millions de moins qu’en 2012. Le rapport entre le coût des sinistres et le gain apporté par les cotisations est encore négatif : il s’établit à 112 %. Il a donc fallu que la Mutuelle fasse appel pour 8,7 millions d’euros au mécanisme de réassurances entre les différentes Caisses Groupama de France.

 Et pourtant, malgré tout cela, à l’arrivée le résultat est record. Cela tient à une progression du chiffre d’affaires qui désormais frôle le milliard d’euros (très précisément 946 millions d’euros), en assurance-vie et dans les assurances de biens et de responsabilité.

 Grâce à une action commerciale efficace et à un bon maillage du terrain avec 470 caisses locales sur les douze départements couverts, l’assurance de biens et de responsabilité a vu son chiffre d’affaires croître dans tous ses compartiments : l’assurance auto a progressé de 1,2 %, malgré une baisse des immatriculations, celle d’habitation a gagné 3,4 %, la garantie des accidents de la vie a bondi de 6,6 % et la dépendance de 6,7 %.

 Dans le même temps Groupama qui est également dotée depuis dix ans d’une banque a vu sa collecte bancaire croître de 29 %, tandis que l’encours d’assurance vie restait stable à 3,7 milliards d’euros.

 Un projet d’entreprise qui vise une rentabilité financière de 4,5 %

 Si l’on ajoute à cela une sinistralité globale, tous secteurs confondus, en amélioration avec un coût de sinistres en recul de 9 % à 519 millions d’euros et une amélioration des coûts de fonctionnement grâce à l’informatique, on comprend mieux dès lors ce résultat très positif.

 Francis Thomine, directeur général, entend poursuivre sur cette lancée. Baptisé « Tremplin », le projet d’entreprise qu’il a mis en œuvre à son arrivée prévoit à l’horizon 2016 une croissance du chiffre d’affaires de 3 % l’an et une rentabilité financière encore améliorée qui passerait de 4 % en 2013, à 4,5 %. Un nouveau résultat record en 2014 ?

 Photo (DL)-De gauche à droite, Francis Thomine, directeur général et Jean-Louis Pivard, président de Groupama Rhône-Alpes-Auvergne.