Toute l’actualité Lyon Entreprises

Victime d’une cyberattaque, le Savoyard MND s’en tire sans trop de dommages
On le sait, depuis le début de la pandémie les cyberattaques et autres ransomware ont considérablement augmenté au sein des entreprises.

Après notamment Trigano et Beneteau, autres sociétés cotée en Bourse, cela a été le cas pour la société MND (300 salariés). Basé en Savoie, cette société spécialisée dans la mobilité par câble, les systèmes d’enneigement, de la sécurité en montagne a été victime, dans la nuit du 22 au 23 mars 2021, d’une intrusion d’un logiciel malveillant sur certains de ses serveurs en France et à l’étranger (Autriche).

Par mesure de sécurité, tous les serveurs du groupe ont été déconnectés et arrêtés afin d’éviter toute propagation au reste du système d’information.

” Cette cyberattaque est sans conséquence pour les systèmes liés aux opérations des clients du groupe, notamment le pilotage et le contrôle à distance des solutions de déclenchement d’avalanche ou de production de neige de culture “, avait alors assuré MND.

Cependant les unités de production du groupe, basées en France, avaient dû ralentir ou stopper leur activité pendant quelques jours.

Plusieurs semaines après cette cyberattaque, MND vient de tirer le bilan définitif de ce qui aurait pu se traduire par une catastrophe industrielle comme on a pu le constater lors d’attaques sur d’autres entreprises.

Ce ne sera pas le cas : « Grâce aux efforts conjoints des équipes du Groupe et d’experts externes en cybersécurité, MND a pu reprendre son activité et redémarrer progressivement sa production début avril, avec un mode de fonctionnement normal et sécurisé pleinement effectif à ce jour. »

D’autre part, le Groupe assure «  ne déplorer aucun vol de données lié à cette cyberattaque et estime que son impact économique est limité, et n’occasionnera pas de perte d’exploitation. »

MDN est loin d’être le seul groupe à avoir été victime d’une cyberattaque. Les opérations de piratage se sont, en effet, multipliées ces dernières temps. Parmi les victimes figurent Airbus, Bouygues, Tarkett, Eurofins Scientific, Orpea, Fountaine Pajot, Verimatrix, Umanis, Sopra Steria et, donc très récemment, Beneteau et Trigano.

A 0,09 euros, le cours de Bourse de MND est en retrait de 18 % depuis le 1er janvier, mais gagne près de 6 % sur un an.

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail