Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP
Méthodes de développement : laquelle est la plus appropriée à mon projet ?
Le monde du développement informatique regorge d’une multitude de méthodologies, chacune avec ses spécificités, avantages et inconvénients. Face à cette profusion, il est souvent ardu pour les entreprises et les porteurs de projets de s’y retrouver et de déterminer la plus adaptée à leurs besoins. Entre méthodes traditionnelles, comme le Waterfall, et approches plus modernes, telles que l’Agile ou le Scrum, le choix peut s’avérer complexe. D’autant plus que chaque projet est unique, avec ses contraintes, ses objectifs et son contexte. Alors, comment discerner la méthode idéale pour garantir la réussite de son projet informatique ?

Les méthodes de conduite de projet : l’embarras du choix

Dans le domaine de la gestion de projet, il existe de nombreuses méthodologies. Pour s’y retrouver, voici un rapide état des lieux de quelques-unes des méthodologies les plus courantes.

  1. Méthodologie Waterfall (ou Cascade) :
    • Description : Une approche linéaire et séquentielle où chaque phase doit être complétée avant de passer à la suivante.
    • Utilisation : Très courante dans les projets de développement logiciel traditionnels et les projets où les besoins sont clairement définis dès le début.
  2. Méthodologies Agiles :
    • Description : Un ensemble de méthodes basées sur des cycles de développement itératifs et incrémentaux. Les besoins et les solutions évoluent grâce à la collaboration des équipes auto-organisées.
    • Exemples : Scrum, Kanban, XP (eXtreme Programming).
    • Utilisation : Populaire dans le développement logiciel, mais s’étend à d’autres types de projets.
  3. Méthodologie PRINCE2 (PRojects IN Controlled Environments) :
    • Description : Une méthode structurée pour la gestion de projet, axée sur les processus et définie par des étapes précises.
    • Utilisation : Utilisée mondialement et adaptée à tout type de projet.
  4. Méthodologie Lean :
    • Description : Axée sur l’élimination des gaspillages dans un processus pour augmenter la valeur pour le client.
    • Utilisation : Originellement dans la fabrication, mais s’est étendue à d’autres domaines, dont le développement logiciel avec le Lean IT.
  5. Méthodologie Six Sigma :
    • Description : Une méthode structurée axée sur la réduction des erreurs et l’amélioration de la qualité des processus.
    • Utilisation : Utilisée dans diverses industries, de la fabrication aux services financiers.
  6. Gestion de projet adaptative (APM) :
    • Description : Une approche flexible qui adapte le projet en fonction des changements et des retours d’information.
    • Utilisation : Particulièrement utile pour les projets dans des environnements volatils ou en rapide évolution.
  7. Méthodologie Critical Path Method (CPM) :
    • Description : Une technique qui identifie les activités critiques d’un projet pour déterminer la durée minimale du projet.
    • Utilisation : Projets complexes avec de nombreuses activités interdépendantes.
  8. Méthodologie Critical Chain Project Management (CCPM) :
    • Description : Se concentre sur les ressources nécessaires pour terminer les activités d’un projet. Elle met l’accent sur les ressources plutôt que sur la séquence d’activités.
    • Utilisation : Projets où les ressources (humaines, matérielles) sont un facteur limitant.

Ces méthodologies, parmi d’autres, offrent aux gestionnaires de projet une panoplie d’outils et de techniques pour aborder des projets de natures et de complexités variées. Le choix de la méthodologie dépend du type de projet, de son environnement, de ses contraintes et des préférences de l’équipe de gestion.

Zoom sur « la méthodologie au forfait »

La méthodologie au forfait, contrairement à beaucoup d’autres méthodes, est centrée sur l’accord financier entre le client et le prestataire. Voici comment elle se distingue :

  • Prix fixe dès le départ : Alors que des méthodologies comme l’Agile peuvent voir les coûts fluctuer en fonction des changements de périmètre, la méthode au forfait établit un prix convenu pour le projet dès le début.
  • Définition claire du périmètre : Le périmètre du projet, les livrables et les délais sont clairement définis avant le début du travail, minimisant ainsi les risques de dérive ou de modifications constantes.
  • Transfert de risque : Dans les méthodes comme Waterfall ou Agile, le risque peut être partagé entre le client et le prestataire. Cependant, avec la méthode au forfait, le risque de dépassement des coûts est en grande partie transféré au prestataire, car il s’engage à livrer le projet au prix convenu.
  • Simplicité contractuelle : Les contrats au forfait sont souvent plus simples car ils se concentrent principalement sur le périmètre du travail et le coût, plutôt que sur des variables ou des adaptations continues.

En conclusion, bien que la méthodologie au forfait offre de nombreux avantages en termes de prévisibilité des coûts et de simplicité, elle nécessite une compréhension claire et une communication ouverte entre le client et le prestataire pour s’assurer que les attentes sont alignées dès le départ.