Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP
Feu vert définitif de la Métropole de Lyon pour la création de l’OL Arena de 16 000 places à Décines

La première délibération des élus de la Métropole avait fait l’objet d’un sérieux tangage au sein de la majorité de l’exécutif dirigé par les Ecologistes. Cette fois, seuls 12 élus majoritaires ont voté contre. Pour le plus grand bonheur de Jean-Michel Aulas et de Tony Parker, l’OL Arena sera bien construite. Elle devrait être livrée fin 2023.

Son ouverture est programmée pour la fin 2023. A côté du Groupama Stadium ce sera l’une des pièces maîtresse d’OL Land, telle que l’ont conçue ses deux promoteurs, Jean-Michel Aulas pour l’OL et Tony Parker pour l’Asvel. De quoi s’agit-il ? De la future OL Arena.

Elle aura pour rôle d’accueillir les matches les plus importants de l’Asvel, notamment ceux de l’Euroligue (13 à 20 matches par an), mais aussi de nombreux spectacles : de 80 à 120 événements chaque année. Attention à la concurrence pour les autres salles de la Métropole !

Pour compléter le tableau, ajoutons que cette Arena devrait proposer 16 000 places et qu’elle devrait représenter a minima un investissement de 140 millions d’euros.

On comprend dès lors mieux à cet énoncé que tant Jean-Michel Aulas que Tony Parker ne pouvaient envisager de voir retoqué ce projet par la nouvelle majorité colorée du vert au rouge de la Métropole. Ils ont pourtant lors d’un premier vote, en décembre dernier, eu quelques sueurs froides.

L’OL Arena avait alors obtenu le feu vert de la Métropole, au prix d’un sérieux tangage de la nouvelle majorité. C’était le poids de l’Ecologiste Bruno Bernard, le président EELV de la Métropole qui avait alors fait pencher la balance.

Or, on le savait dès le départ, ce projet était loin, voire très loin, de faire l’unanimité parmi certaines composantes de la majorité métropolitaine.

Or, lundi 27 septembre, une nouvelle et dernière délibération concernant ce projet d’Arena devait repasser devant les élus métropolitains : il s’agissait cette fois de décider de la mise en compatibilité du PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat) autorisant à l’Est de la Métropole la construction de cette très grande salle.

Or, surprise, cette fois le vote a été plus favorable que lors de la première délibération : 120 pour et 12 contre, seulement ; alors qu’en décembre 2020, 104 conseillers métropolitains seulement avaient voté pour : Bruno Bernard aurait-il été particulièrement persuasif, cette fois ?

Gérard Collomb ravi

Au passage, cette délibération en faveur de l’Arena OL a permis à Gérard Collomb, l’ancien président de la Métropole d’exercer son humour, l’ancien ministre félicitant le président de la Métropole, une fois la décision actée, ajoutant même à l’intention de sa vice-présidente à l’urbanisme en charge du dossier, Béatrice Vessiller : “Coupez les micros, j’ai une confidence à vous faire : je vous aime !”

Rappelant une nouvelle fois qu’il avait dû batailler ferme pour pour que le Grand Stade de l’OL voit le jour, il s’est ainsi félicité de voir sortir enfin ce projet qui va donner “une nouvelle dimension à l’Est lyonnais”.

Conditions

Quelques conditions ont néanmoins été mises en avant par l’actuelle majorité : et notamment que soit mise en place une jauge de 6 000 places, restreinte donc, par rapport au potentiel de la salle ; et ce, afin que ladite salle Arena ne concurrence (pas trop ?) d’autres salles lyonnaises.

Autre condition ; que cette salle soit construite à l’emplacement d’une ancienne friche industrielle pour ne pas concourir à l’artificialisation des sols : c’est le cas. L’OL Arena sera construite et cela a été acté par l’enquête publique, sur la friche industrielle ABB, sur le secteur du Grand Montout, à proximité donc, comme prévu du Grand Stade de l’OL.

L’OL s’est enfin engagé à investir dans l’installation d’une passerelle surplombant la rocade Est ; mais encore à mettre de l’argent dans un fonds qui sera chargé de la création d’un corridor écologique entre la plaine du Biézin et le Grand Large.

Enfin, une étude devra être engagée par le Sytral en ce qui concerne les transports en commun.

Bref, l’essentiel est préservé : l’Est lyonnais aura bien sa méga-salle mixte, sports et concerts, à l’architecture par ailleurs plutôt séduisante.