Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le grand avantage d’avoir à Lyon l’Institut Paul Bocuse, l’une des plus importantes écoles de restauration de la planète est que ses élèves, venus du monde entier, une fois leurs études terminées ne se précipitent pas tous pour faire le tour du monde des grandes tables ; mais un certain nombre reste à Lyon.

Et ouvrent une nouvelle table, le plus souvent, mêlant la haute technicité apprise à l’Ecole avec la cuisine de leur pays.

C’est exactement le cas de Jung Chao Yang et Lei Wang.

Tous deux ont travaillé dans le restaurant-école de Paul Bocuse à Shanghaï, aujourd’hui fermé et qui constituait le pavillon rhônalpin lors de l’Expo Universelle.

Lei a poursuivi sa formation en France, à Écully, assorti de stages dans deux établissements trois fois étoilés : la Vague d’Or et le Pavillon Ledoyen.

Le jeune duo a choisi d’ouvrir, à Lyon donc, l’année dernière, un restaurant, optant pour la cuisine… chinoise.

 Une excellente idée car s’il existe de nombreux restaurants chinois à Lyon, voire mélangeant les cuisines asiatiques, il faut bien le reconnaître la haute qualité ou la qualité tout court, n’est pas toujours de mise.

Les papilles conquises, le bouche à oreilles a vite fonctionné.

La nouvelle adresse a donc rapidement séduit car, de surcroît comme Jung et Lei débutent, les prix sont encore doux.

 Visible de loin car doté d’une façade rouge carmin, leur restaurant, situé rue du Plat, à deux pas de la place Bellecour et dont le nom signifie “fait avec le cœur”, a remplacé une autre table chinoise.

La carte s’étoffe petit à petit. Pour 19,50 euros, midi et soir, on ainsi peut choisir trois types de mets, servis en petites portions.

 Dont des dimsums, leur actuel cheval de bataille gastronomique : des bouchées vapeur cuites en panier de bambou.

Autres mets délicatement parfumés et d’une grande finesse : des dumplings, boulettes de pâte farcies, cuites à la vapeur ; des bāo zi, en l’occurrence, des brioches farcies et cuites encore à la vapeur ; voire encore des rouleaux de printemps frits et dotés d’ingrédients différents dont du saumon.

On y trouve enfin des raviolis à la pâte translucide laissant deviner une farce aux crevettes, châtaignes d’eau et coriandre…

Une constante dans cette cuisine : l’exactitude parfaite de la cuisson.

 A déguster avec un vin, voire de préférence avec un des nombreux thés proposés, de fort belle facture.

Ce restaurant qui tire la cuisine chinoise à Lyon vers le haut est à découvrir sans tarder…

D.L.

 Jiang Xin, 3 rue du Plat à Lyon 2e/Ouvert du mardi au samedi de midi à 14 h et de 19 h à 22 h. Tel. 09 81 15 57 25